publicité

Y'a t'il des "Penelope" à l'Assemblée de la Polynésie ?

Après les révélations du Canard enchainé sur les soupçons d'emploi fictif qui touchent le candidat à la présidentielle, François Fillon, et sa femme Penelope, nous nous sommes intéressés à l'embauche de collaborateurs du côté de Tarahoi. Un représentant peut-il recruter un fils ou une épouse ?

Assemblée de Polynésie Française © Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère Assemblée de Polynésie Française
  • Caroline Farhi, Alexandre Le Quéré
  • Publié le
Recruter un membre de sa famille proche pour un élu polynésien n’a rien d’illégal ! C'est d'ailleurs la même chose pour les mandats nationaux, députés et sénateurs. Par exemple, la justice ne reproche pas à François Fillon d'avoir employé sa femme Penelope, mais s'interroge sur la réalité du travail effectué.

Pour prévenir les éventuels emplois fictifs, la Chambre territoriale des comptes, dans son rapport de 2012, recommandait la mise en place d’outils de contrôle relatifs aux tâches des collaborateurs. C’est aujourd’hui chose faite.

Crédit limité pour les collaborateurs

Le règlement intérieur de l’Assemblée de la Polynésie française a prévu un garde-fou : le salaire ne doit pas dépasser 50% du crédit collaborateur alloué au représentant. Un crédit qui s’élève aujourd’hui à 533 000cfp par mois. Donc l'enfant ou le conjoint d'un élu de Tarahoi qui travaillerait à ses côtés ne peut pas gagner plus de 266 500cfp par mois. 

On peut donc espérer qu’aucune Pénélope n’émarge au sein des collaborateurs de l’Assemblée !

Y a-t-il des « Pénélope » à l’assemblée de Polynésie ?
Y a-t-il des « Pénélope » à l’assemblée de Polynésie ?

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play