Affaire du Centre de gestion : le procès en appel de Sandra Sinimalé et Thierry Vaïtilingom renvoyé

justice
Affaire Centre de gestion : le procès en appel de Sandra Sinimalé et Thierry Vaïtilingom reporté au 23 septembre 2021
©@ImazpressReunion

Le procès en appel de Sandra Sinimalé et Thierry Vaïtilingom est reporté au 23 septembre prochain. En avril 2019, ils avaient été respectivement condamnés à 5 ans d'inéligibilité par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre dans l'affaire d'emploi fictif du centre de gestion. 

La conseillère départementale Sandra Sinimalé devait être jugée ce matin, devant la cour d'Appel pour emploi fictif au Centre de gestion de la fonction publique territoriale. Son procès est finalement reporté au 23 septembre prochain.
 

Une directrice de cabinet très peu présente

Pour rappel, en avril 2019, la fille de l'ancien maire de Saint-Paul avait été condamnée par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre à six mois de prison avec sursis, 30 000 euros d'amende et 5 ans d'inéligibilité. Ancienne directrice de cabinet du Centre de gestion Sandra Sinimalé touchait pour sa fonction un salaire mensuel de 6 700 euros par mois. Ce que la justice condamne lors du premier procès, c’est le caractère fictif de cet emploi : la conseillère départementale et conseillère municipale de Saint-Paul n’aurait pas été beaucoup vue sur son lieu de travail.

 

Des explications politiques non recevables

C'est Thierry Vaïtilingom, directeur du centre de gestion de la fonction publique territoriale à ce moment qui avait recruté entre avril 2015 et mai 2016 Sandra Sinimalé à ce poste. En première instance, en avril 2019, il n'a de cesse de nier en bloc les accusations d'emploi fictif. " Non, il n’y a pas eu d’emploi fictif sur le recrutement de directrice de cabinet " et d'ajouter que cette embauche a lieu dans un contexte particulier, en pleine crise du Centre de Gestion.

Des explications, d’ordre politique, qui n’avaient pas convaincu le juge qui l'avait condamné en avril 2019, à 40 000 euros d’amende, 10 mois de prison avec sursis et 5 ans d’inéligibilité. Tous deux devaient également rembourser conjointement une peu plus de 110 000 euros au centre de gestion.
 

Procès en appel renvoyé

Thierry Vaïtilingom et Sandra Sinimalé avaient donc fait appel mais entre-temps la conseillère départementale a également été condamnée à trois ans de prison avec sursis et 10 ans d’inéligibilité avec son père Joseph Sinimalé pour l’embauche et la promotion de son compagnon Eric Madouré à la mairie de Saint-Paul. Une affaire pour laquelle Sandra Sinimalé a également fait appel. Joseph Sinimalé avait préféré renoncer et démissionner de ses derniers mandats.

Le procès pour emploi fictif au Centre de gestion est finalement renvoyé au 23 septembre porochain en raison de la crise sanitaire.