CHU de La Réunion : l’intersyndicale reçue par le préfet à 11 heures

santé
Barrage filtrant CHU Nord
©Gilbert Hoair (Réunion 1ère)
Les représentants syndicaux FO, CFTC et UNSA santé sont reçus par le préfet, ce lundi 17 Octobre 2016 à 11 heures.
Comme annoncé en fin de semaine dernière, faute de réponse du gouvernement à leurs revendications, les barrages filtrants ont repris.
Les grévistes des CHU de La Réunion (Bellepierre, Terre-Sainte, Saint-Louis, Saint-Joseph, Cilaos, Le Tampon) désespèrent d’obtenir une réponse à leurs revendications. Certes, l’ARS OI et la direction des CHU ont accepté de régulariser la situation des personnels précaires en les embauchant, mais quid des questions budgétaires, d’effectifs, de remplacement des congés maladies… Autant de points soulevés et au coeur de la grève.
Comme, ils l’avaient annoncé, dès 6 heures ce lundi matin, les grévistes ont remis en place les barrages filtrants à l’entrée des CHU du Nord comme du Sud afin d’être entendus.
 
Le préfet reçoit les grévistes à 11 heures
 
Ces actions matinales qui perturbent la circulation ont eu l’effet escompté. Les représentants de l’intersyndicale sont reçus à 11 heures ce lundi 17 Octobre 2016 par le préfet, en personne.
Les grévistes du Sud vont rejoindre ceux du Nord et un cortège va se diriger vers la préfecture en passant par la rue de Paris.
En fonction des réponses apportées par le représentant de l’Etat, la grève sera maintenue ou suspendue…
Pour mémoire, les CHU sont en grève depuis le 8 Octobre 2016. La veille FO, la CFTC et l'UNSA santé ont déposé un préavis illimité comportant 13, revendications… Treize points liés aux conditions dans lesquelles les personnels soignants exercent leur métier et accueillent le public.
 
22 000 postes supprimés d’ici 2017 dans les hôpitaux
 
La dégradation des conditions de travail est la conséquence du plan de suppression de 22 000 postes dans les hôpitaux de France d’ici fin 2017…
La Réunion n’est pas épargnée par cette diminution des effectifs. Le non remplacement des départs à la retraite, non remplacement des personnes en congés maladie, sans oublier les stagiaires qui doivent être formés et à qui on confit des responsabilités, pèsent sur les épaules des infirmiers, aides soignants, cadres…
Compte tenu de la situation actuelle et du blocage qui, à terme, va  desservir la santé publique, l’intersyndicale a décidé de poursuivre la grève.
Bouchon entrée du bouvard Sud
©Fabrice Floch (Réunion 1ère)

En images avec Steve-Henry Peeters, Francis Bourgouin et Danny Rosamel.
©reunion



Les Outre-mer en continu
Accéder au live