réunion
info locale

Condamné à un an de prison, le président de la FDSEA se rend à la gendarmerie

justice
Dominique Gigan, président de la FDSEA à La Réunion.
Dominique Gigan, président de la FDSEA à La Réunion. ©Réunion La 1ère
Le président de la FDSEA, Dominique Gigan s’est rendu à la gendarmerie de Saint-Benoît ce mardi 17 septembre. Vendredi dernier, il a été condamné à un an de prison ferme pour violences aggravées lors de la campagne sucrière de 2017.
Condamné à un an de prison pour violences aggravées la semaine dernière, Dominique Gigan, le président de la Fédération Départementale Des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FDSEA), s’est rendu à la gendarmerie de Saint-Benoît, ce mardi 17 septembre. Il était 14 heures environ, lorsqu’il est arrivé sur place muni de son sac d’affaires personnelles. Absent de son procès vendredi dernier, Dominique Gigan a donc décidé de se rendre de lui-même à la gendarmerie cet après-midi.

Ecoutez sa réaction ci-dessous : 

Dominique Gigan


"J’espère de l’apaisement"

"Il y a une décision de justice. Maintenant, j’attends de voir s’il y aura de l’apaisement dans tout cela pour que moi je puisse travailler", a déclaré Dominique Gigan, président de la FDSEA, à Réunion La 1ère.
 

J’aimerais faire le moins de temps possible en prison, car ce n’est pas ma place. Je n’ai tué, ni violé personne. Aujourd’hui, tout le monde est perdant, et surtout la profession. Ce que je veux c’est que notre canne puisse être payée au juste prix et que l’on puisse en vivre.  


Un an de prison ferme

Vendredi dernier, il a été condamné à un an de prison ferme avec mandat de dépôt pour des violences aggravées survenues lors de la campagne sucrière en décembre 2017. A l’époque, des tensions avaient éclaté entre planteurs et agents de Téréos à la balance de Beaufond, alors que des contrôles de chargement de cannes à sucre devaient avoir lieu.

Lors du procès, les quatre autres planteurs, dont Bruno Robert, président des Jeunes Agriculteurs (JA), avaient été condamnés à de la prison avec sursis. Les peines allaient de six à dix mois.

Vendredi dernier dans un communiqué, la FDSEA a fait remarquer que cette décision "tombe suite à la défense des intérêts de l'ensemble des planteurs de canne de l'île pour les bonnes causes" et a assuré que "l'ensemble du Conseil d'Administration et du bureau de la FDSEA soutient et soutiendra notre président dans sa situation ainsi que l'ensemble des agriculteurs concernés". 
 
Publicité