Covid-19 : 6 décès en une semaine et 244 cas positifs à Madagascar

coronavirus
Bilan 24 octobre 2020 covid 19 Madagascar
©Capture d'écran Madagascar-Tribune
Le bilan présenté, ce samedi 24 octobre 2020, confirme que la covid-19 circule toujours à Madagascar avec six nouveaux décès et 158 tests positifs en une semaine. Le gouverneur de la banlieue Nord de Tana a rappelé l'obligation du port du masque sous peine de sanctions. 
La menace d'une reprise de l'épidémie est présente dans tous les esprits à Madagascar. Ce n'est pas le fruit du hasard, si la semaine dernière, la Grande île a renoncé aux vols commerciaux en provenance de dix pays européens (la France, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Pologne, la Russie et l’Ukraine). Ce sont les principaux flux de touristes qui participent à l'économie des agences, des hôtels, des restaurants, etc. Il n'est jamais évident de se priver d'une manne financière, mais le choix s'est imposé quand il est question de santé. 

Samedi 24 octobre 2020, Hanta-Marie-Danielle Vololontiana, la professeure spécialiste de la lutte contre les épidémies, a livré le bilan hebdomadaire des services en charge de la lutte contre la covd-19. Les chiffres ne sont pas catastrophiques, mais ils invitent les citoyens à être très prudents. 
Six personnes âgées, qui étaient en soins intensifs, sont décédées. 158 tests, sur les 2 252 effectués, se sont révélés positifs. 423 patients sont toujours en cours de traitement, écrit Madagascar-Tribune
 

Des travaux d'intérêt général pour le non-port du masque 


La situation est contenue, mais la plus grande prudence est exigée de la part des citoyens. Hery Rasoamaromaka, gouverneur de la région d'Analamanga, banlieue Nord de Tananarive (l'une des plus touchée par la covid-19) a décidé de taper du poing sur la table. 

Il prévient : ""L'urgence sanitaire» est constante à Madagascar, tous les «gestes barrières» sont nécessaires et doivent être suivis pour empêcher la propagation de la covid-19 dans le pays. Le Préfet d'Antananarivo a émis un "Arrêté" après avoir consulté le Gouverneur de la Région d'Analamanga que le "ARO VAVA ORONA" ou "CACHE BOUCHE" dans la Région d'Analamanga doit être fait et installé. Le non-respect de cette consigne entraînera une PÉNALITÉ pour les TRAVAUX COMMUNS", a-t-il publié sur sa page Facebook.
Publiée par Hery Rasoamaromaka sur Dimanche 25 octobre 2020
Les Outre-mer en continu
Accéder au live