Dordogne : une femme retrouvée morte, et son compagnon réunionnais découvert pendu dans son atelier

faits divers
Une femme retrouvée morte, et son compagnon réunionnais pendu, près de Périgueux
A Champcevinel, la maison où a été retrouvé le corps sans vie d'une femme d'une quarantaine d'années. ©France 3 Périgord
Une femme de 40 ans et un homme de 51 ans ont été retrouvés morts, lundi 2 mai, près de Périgueux. Le corps sans vie de la femme a été retrouvé à son domicile. Un peu avant, son compagnon réunionnais a été retrouvé pendu. Selon le parquet, ce drame s'apparente à un homicide conjugal suivi d'un suicide.

Après le féminicide de Vaulx-en-Velin (Rhône) qui a touché une famille réunionnaise, un autre drame s’est produit dans une famille du Périgord.

Un Réunionnais de 51 ans a été retrouvé pendu et sa compagne de 40 ans retrouvée morte à leur domicile. Selon le parquet, ce drame s'apparente à un homicide conjugal suivi d'un suicide. 

Le corps d’un artisan-peintre de 51 ans  

Lundi dernier, vers 8h, près de Périgueux, les gendarmes ont d’abord retrouvé le corps de David Ablancourt, un Réunionnais de 51 ans originaire de Saint-Pierre.

Artisan-peintre, son corps a été retrouvé pendu dans son atelier, à Coulounieix-Chamiers. L'homme a laissé une lettre expliquant qu'il "a fait une bêtise". 

Une femme retrouvée morte, et son compagnon réunionnais pendu, près de Périgueux
Une femme retrouvée morte, et son compagnon réunionnais pendu, près de Périgueux. ©Google Maps

Sa compagne retrouvée morte à leur domicile  

Les gendarmes l’ont identifié et se sont rendus à son domicile de Champcevinel, une commune voisine de 2 800 habitants. Une fois sur place, ils ont alors découvert le corps sans vie de sa compagne.

"Le domicile ne présentait aucune trace de lutte ou de désordre", a indiqué la procureure de Périgueux, Solène Bélaouar, à nos confrères de France 3 Nouvelle-Aquitaine.

La mère de famille de deux enfants était âgée de 40 ans. L'examen externe de son corps a permis de relever la présence de nombreux hématomes.    

La thèse d’un homicide conjugal suivi d’un suicide 

"Les investigations doivent désormais se poursuivre pour mieux comprendre tant le déroulement des faits que les relations unissant ces deux personnes, et l’éventuel lien entre les deux décès", ajoute la procureure sur France 3 Nouvelle-Aquitaine. Pour le moment, elle privilégie la thèse d'un homicide conjugal suivi d'un suicide.

Deux enquêtes

Deux enquêtes distinctes ont été ouvertes, l’une pour homicide volontaire concernant la femme, l’autre pour recherche des causes de la mort s’agissant de l’homme.

Le parquet a confié les deux procédures à un même service d’enquête, la brigade de recherches de la gendarmerie de Périgueux.

Le drame de Vaulx-en-Velin

Samedi dernier, un autre drame a eu lieu dans une famille réunionnaise en métropole. Près de Lyon, à Vaulx-en-Velin, une femme de 36 ans a été tuée de plusieurs coups de couteau. Son mari a été placé en garde à vue. Trois des cinq enfants du couple, âgés de 4, 10 et 12 ans, étaient présents au domicile au moment des faits.