Enquête sur l’incendie au Maïdo : deux départs de feu identifiés, un troisième possible

incendies
incendie maido novembre 2020
©IPR
Au 6ème jour de lutte contre l’incendie du Maïdo, l’enquête se poursuit. Les enquêteurs de la gendarmerie, appuyés par d’autres services tels que le SDIS ou encore l’ONF, progressent dans leurs investigations. Des renforts sont arrivés de métropole en soutien.
L’enquête, ouverte par le parquet de Saint-Denis pour déterminer les causes et circonstance de l’incendie qui sévit au Maïdo depuis vendredi 6 novembre au soir, avance. Il s’agit notamment de déterminer si l’origine du sinistres est criminelle ou non. Aucune piste n’est pour l’heure écartée.
 

Un appel à témoins et des auditions

Les gendarmes de la Brigade de recherches de Saint-Paul mènent les investigations, appuyés par d’autres services. Lundi dernier déjà, ils se rendaient sur le terrain, accompagné d’un spécialiste du SDIS pour identifier les points de départs de feu. Deux étaient alors confirmés.
 
Dans le cadre de cette enquête, un appel à témoins a été lancé ce mardi 10 novembre. Toute personne ayant pu se trouver dans cette aire géographique, dans la période concernée, est invitée à contacter la communauté de brigades de Saint-Paul au 0262 45 45 45.

Dès le week-end, les deux personnes ayant donné l’alerte aux pompiers ont été entendues par les gendarmes. Les profils de pyromanes déjà connus de la justice ont également été étudiés.
 

Des experts de l’ONF Réunion et des renforts métropolitains mobilisés

Hier, mercredi 11 novembre, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, annonçait dans le journal de Réunion la 1ère, l’arrivée de renforts dans le cadre de l’enquête. Deux experts de l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale spécialisés dans ce genre de sinistre viennent ainsi apporter leur aide aux enquêteurs.
 
incendie maido experts gendarmerie nationale 121120
©Alix Catherine
Ces gendarmes viennent ainsi en soutien des enquêteurs déployés sur le terrain, effectuent des prélèvements et les acheminent vers le laboratoire de la cellule d’identification criminelle, auquel ils apportent également un appui. Ils participent ainsi à l’analyse des prélèvements effectués pour tenter de trouver des traces de produits inflammables qui pourraient caractériser un incendie volontaire, explique le Lieutenant-colonel Guillaume Cognon, chef du département environnement incendie explosif à l’institut de recherches criminelles de la gendarmerie, basé à Pontoise.
 
incendie maido analyse laboratoire cellule d'identification criminelle novembre 2020
Les prélèvements effectués sur le terrain sont analysés au laboratoire de la cellule d'identification criminelle. ©Alix Catherine
L’ampleur et la dégradation de la forêt leur compliquent considérablement la tâche, c’est pour cela que les enquêteurs collaborent avec les sapeurs-pompiers et les agents de l’ONF. L’ONF de La Réunion dispose en effet d’experts en lecture de feu, qui participent ainsi aux recherches des causes et circonstances de l’incendie. Ils sont déployés sur le terrain aux côté des gendarmes et de la police nationale depuis lundi pour " lire" le début de propagation du feu.
 

Deux départs de feu confirmés, un troisième possible

Des données satellites fournies par la NASA permettent d’identifier les points chauds pendant tout le début d’intervention, et  ainsi d’apporter des informations à la gendarmerie pour qu’elle puisse mener son enquête.

Selon les dernières informations, il y aurait deux départs de feux confirmés et un troisième possible. Un premier aurait eu lieu vendredi soir, tandis que le second se serait produit le samedi en tout début de matinée à, à peu près, 150 mètres de différence l’un de l’autre. Six heures se seraient écoulées entre ces deux premiers feux. Un troisième départ est en cours d’identification et de vérification.

A l’heure actuelle, rien ne permet de dire qu’une ou des personnes sont à l’origine de cet incendie. C’est une piste qui n’est pas écartée par les gendarmes. Les recherches sont en cours, l’enquête se poursuit.