Coronavirus à Madagascar : deux voyageurs interpellés pour ne pas être restés confinés

coronavirus
Hôpital d'Andohatapenaka à Madagascar
©Capture d'écran Madagascar-Tribune
Mercredi, deux personnes qui avaient signé le document s'engageant à rester confiné à domicile ont été arrêtées et placées en quarantaine. La menace de l'épidémie augmente chaque jour entre les voyageurs qui ne respectent pas où fuient le confinement à domicile et l'absence de mesures barrières.
Difficile de faire respecter des mesures contraignantes quand la menace est invisible. Pourtant, contre le coronavirus, le confinement est l'unique solution pour limiter la propagation de la maladie. Les graphiques démontrent que la pandémie ralentit, et finalement régresse avant de disparaître comme à Wuhan. Pour parvenir à gagner ce bras de fer avec le coronavirus, il ne faut surtout pas suivre le mauvais exemple des voyageurs arrivés à Madagascar qui ne respectent pas la "quatorzaine" de confinement obligatoire. 
 

Un numéro vert pour alerter les forces de l'ordre 


Mercredi, les forces de l'ordre malgaches ont interpellé une femme et un homme (à deux endroits différents) ne respectant pas l'engagement de rester confiné pendant quatorze jours. Pourtant, ils avaient signé le fameux papier avant de quitter l'aéroport pour regagner leur domicile. Ces deux personnes ont été dénoncées par la population qui s'est inquiétée de les voir déambuler dans les rues. Une ligne verte a d'ailleurs été mise en place par le gouvernement pour permettre à la population de signaler des comportements à risque de la part des arrivants écrit Madagascar-Tribune.
 

Les associations sensibilisent les enfants 


Comme nous l'écrivions, dès mercredi, Madagascar a décidé de fermer ses frontières à partir de demain, vendredi 20 mars 2020, pour une durée minimale de 30 jours. Cette mesure, suffira-t-elle à protéger la population de la Grande île ?
Les écoles ne sont pas fermées, elles permettent aux associations de sensibiliser les enfants aux mesures barrières. Ils diffuseront le message dans les familles et sont sûrement le meilleur vecteur de l'information. 
Pendant ce temps, les entrepreneurs s'inquiètent. De nombreuses usines de textile ont dû mettre une partir de leur personnel au chômage technique. Pour combien de temps ?

Les dernières statistiques estiment que 25 millions de personnes risquent de se retrouver au chômage dans le monde suite à cette pandémie. Aujourd'hui, 850 millions de jeunes sont privés de cours.