Maurice : l'affaire Betamax à l'origine d'un incident entre les députés au parlement

économie
Parlement de l'île Maurice
©Réunion la 1ère (Archives)

L'affaire Betamax a donné lieu à une passe d'armes verbale, entre l'opposition et la majorité, dans l'hémicycle, jeudi en fin de matinée. L'après-midi, l'affrontement a failli dégénérer en coulisse. Des députés et des policiers sont intervenus pour éviter un pugilat. 

Le dossier Bétamax empoisonne la vie politique de l'île sœur depuis des années. En 2015, l'une des premières mesures de la majorité nouvellement élue est de résilier le contrat d'approvisionnement en hydrocarbure, passé entre l'exécutif précédent, via la STC, et la société Bétamax. Cette décision entraîne une réaction judiciaire des intéressés.

Au gré des décisions favorables et défavorables, les deux parties ont usé tous les recours pour faire valoir leur lecture de la législation économique. Finalement, le 14 juin 2021, le Privy Council a tranché en faveur de la Bétamax ltd écrit IonNews

Un coup dur pour les finances mauriciennes

 

Dans 4 jours, la direction de cette entreprise recevra 5,7 milliards de roupies mauriciennes (138 610 996 $) de l'Etat mauricien. Devant les députés, le ministre du Commerce de l'île Maurice, Soodesh Callichurn, a précisé que ce paiement serait assuré pour 2 milliards de roupies par la STC et 3,7 milliards par le ministère des Finances.

En clair, l'ardoise incombe aux contribuables de l'île sœur. La STC (State Trading Corporation) est une société nationale qui gère les importations d'hydrocarbures, de gaz, de riz, ciment, farine entre autres... 

Quand une décision financière contraire touche ses comptes, ce sont les finances du pays qui doivent absorber le choc. 

Majorité et opposition se rejettent la responsabilité de cette gabegie

 

Cette affaire a donné lieu à des enquêtes judiciaires afin de déterminer, si des élus ont touché des pots de vin lors de l'attribution du marché à la Bétamax. Des hauts-fonctionnaires mauriciens avaient été placés en garde à vue. Des élus ont été montrés du doigt et les rumeurs ont longtemps écorné l'image des leaders de l'opposition. Finalement, la rumeur n'a jamais donné lieu à des poursuites. Reste la suspicion qui tend les échanges entre les élus des deux camps. 

Comme prévu, ce jeudi 17 juin 2021 en fin de matinée, l'évocation de la "victoire judiciaire" de Bétamax contre l'Etat a provoqué un affrontement verbal dans l'hémicycle. Cette joute s'est poursuivie à l'heure du thé, écrit L'Express de Maurice. Elle a failli dégénérer, des élus et des policiers sont intervenus physiquement pour séparer les belligérants. Le député, Shakeel Mohamed, a été directement menacé par ses adversaires. Il a porté plainte.