Motifs impérieux, mineurs, vaccinés : ce qu’il faut savoir pour voyager depuis et vers La Réunion

coronavirus
aeroport depart embarquement
©IPR

Ce mercredi 9 juin marque la levée des motifs impérieux pour les personnes vaccinées qui peuvent désormais voyager depuis et vers La Réunion. Le préfet, Jacques Billant, et le ministère des Outre-mer précisent les modalités, ce soir.

Ce mercredi 9 juin, les motifs impérieux sont levés pour les personnes vaccinées qui peuvent désormais voyager depuis et vers La Réunion. En revanche, ils sont maintenus pour les personnes non vaccinées.

"La levée totale des motifs impérieux n’est pas à l’ordre du jour pour les personnes non vaccinées", a précisé, ce soir, le préfet de La Réunion, Jacques Billant, lors d’une conférence de presse.

Septaine et tests

Les personnes non vaccinées sont soumises à un auto-isolement de sept jours à leur arrivée, dans les deux sens, à l’issue duquel elles devront être testées négatives. Les personnes vaccinées sont dispensées de cette mesure d’auto-isolement.

De plus, les passagers en provenance de la Réunion et à destination de l’Hexagone doivent produire avant l’embarquement soit un test PCR de moins de 72h, soit un test antigénique de moins de 48h. Jusqu’à présent, ils devaient produire un test PCR de moins de 72h.

Il est rappelé qu’une personne vaccinée est une personne qui peut attester de la réalisation d’un schéma vaccinal complet, soit :

  • 2 semaines après la 2ème injection pour les vaccins à double injection (Pfizer, Moderna, AstraZeneca) ;
  • 4 semaines après l’injection pour les vaccins avec une seule injection (Johnson&Johnson) ;
  • 2 semaines après l’injection (une seule injection nécessaire) d’un vaccin chez les personnes ayant déjà eu un antécédent de Covid-19.

Les mineurs soumis aux règles des adultes

Pour les mineurs, ils sont soumis aux mêmes règles que les majeurs qui les accompagnent. "S’ils voyagent avec des majeurs ayant un schéma vaccinal complet, alors ils ne sont pas soumis à la septaine, précise le préfet de La Réunion. Dès 11 ans, il convient pour eux de faire test PCR". La règle est donc que le mineur accompagné suit le droit de l’adulte qui l’accompagne.

Et pour les mineurs non-accompagnés ?

En revanche, pour les mineurs non-accompagnés, le préfet de La Réunion, Jacques Billant, explique ce soir "qu’il n’a pas encore de réponse". "Les décisions seront prises au niveau national dans les prochaines heures", ajoute Jacques Billant.