Pass sanitaire étendu, vaccination obligatoire pour certains salariés : les réactions à La Réunion

coronavirus
Présentation d'un pass sanitaire à La Réunion.
Présentation d'un pass sanitaire à La Réunion. ©Imaz Press
La nuit dernière, le Parlement a adopté le projet de loi sanitaire. Il prévoit notamment l’extension du pass sanitaire, la vaccination obligatoire pour certains salariés, dont les soignants, et l’isolement des cas positifs pendant dix jours. Les réactions à La Réunion.

Le pass sanitaire est un test Covid négatif, une attestation de vaccination ou un certificat de rétablissement. Il doit être étendu en août aux cafés, restaurants, foires et salons professionnels, ainsi qu'aux avions, trains, cars longs trajets et aux établissements médicaux sauf urgence. Il sera étendu aux centres commerciaux sur décision des préfets. La nuit dernière, le Parlement a adopté le projet de loi sanitaire.

Obligatoire pour certains salariés

Les salariés des secteurs concernés auront l'obligation de disposer d'un pass sanitaire à compter du 30 août. Un salarié sans justificatif sera suspendu, sans salaire. Si la situation perdure plus de trois jours, la personne sera convoquée pour un entretien afin d'examiner "les moyens de régulariser sa situation, notamment les possibilités d'affectation" sur un poste non soumis à l'obligation du pass.

"Difficile à appliquer pour les chefs d’entreprise"

"Comment va-t-on pouvoir accompagner nos salariés pour la mise en place de ce pass sanitaire ? Nous allons y travailler, assure Didier Fauchard, président du MEDEF Réunion. C’est dur pour un chef d’entreprise aujourd’hui d’appliquer ce pass sanitaire. Comment va-t-on remplacer les salariés qui refusent ce pass ? Nous allons devoir en débattre avec les services de l’Etat, car les entreprises doivent continuer à fonctionner".

Regardez l’interview de Didier Fauchard, président du MEDEF Réunion :

Invité : Didier Fauchard, président du Medef

 

Des salariés inquiets

A La Réunion, des entreprises s’inquiètent déjà. Chez EDF, la CGT Energie déplore un pass sanitaire "encore trop flou". Il sera obligatoire pour les salariés recevant du public à compter du 1er septembre. Le personnel d'EDF monte déjà au créneau déplorant un "manque d’assurance sur ce dispositif". Le syndicat CGT envisage même de rejoindre les rassemblements citoyens anti-pass sanitaire dès le week-end prochain.

"Comment met-on en œuvre ce pass sanitaire ? Nous ne savons pas, mais il pose une question de droit constitutionnel, affirme Patrice Atchicanon, secrétaire général adjoint à la CGT Energie. Nous mettons en alerte les employeurs sur les droits de retrait et d’alerte des salariés face à l’obligation de ce pass sanitaire".

Une loi qui divise

"Cette loi divise la société : ceux qui sont vaccinés, ceux qui ne le sont pas, ceux qui ont le pass et ceux qui ne l’ont pas, remarque Patrick Hoareau, secrétaire général de la CGT Energie. Nous, acteurs économiques, nous subissons ces décisions, nous devons donc faire entendre nos difficultés".

De nouvelles mesures attendues

Le projet de loi sanitaire prévoit aussi la vaccination obligatoire des soignants et l’isolement des cas positifs pendant dix jours. L'obligation du pass sanitaire aux mineurs de 12-17 ans entrera en vigueur qu'à partir du 30 septembre.

Ce projet de loi a été voté la nuit dernière au Parlement, alors que la situation sanitaire n’a jamais été aussi dégradée à La Réunion. Demain, mardi 27 juillet, le préfet, Jacques Billant, doit annoncer de nouvelles mesures restrictives. Didier Fauchard, le président du MEDEF Réunion redoute "un reconfinement qui serait synonyme d’un arrêt total des entreprises".