Le port du masque obligatoire au Port, à la Possession, Saint-Paul, Trois-Bassins et Saint-Leu

coronavirus
Le port du masque est obligatoire dans de nombreuses rues à La Réunion.
Le port du masque est obligatoire dans de nombreuses rues à La Réunion. ©Imaz Press
Dans l’Ouest de La Réunion, les maires du Port, de la Possession, de Saint-Paul, Trois-Bassins et Saint-Leu ont décidé de rendre le port du masque obligatoire, dès lundi 24 août, sur l’ensemble de leurs communes, pour lutter contre la propagation du coronavirus. Réactions.
Dans l’Ouest, le port du masque sera obligatoire dès lundi, et jusqu’au dimanche 6 septembre, dans les cinq communes du TCO : le Port, la Possession, Saint-Paul, Trois-Bassins et Saint-Leu. Les maires ont pris des arrêtés municipaux afin de lutter contre la propagation du coronavirus. Ils souhaitent généraliser l'obligation du masque dans toutes les rues de leurs communes. La mesure est plutôt bien accueillie par les Réunionnais qui se sentent davantage "protégés". 

Regardez le reportage de Réunion La 1ère : 
 

Un arrêté préfectoral

Cette mesure intervient alors que le préfet de La Réunion, Jacques Billant, a annoncé vendredi 21 août, que le port du masque serait obligatoire dans davantage de secteurs de l’île, jusqu’au 13 septembre.

L’ensemble du territoire n’est pas concerné. Il s’agit essentiellement de rues et de quartiers particulièrement fréquentés, mais le préfet prévient qu’il pourrait "intégrer de nouveaux secteurs à chaque fois que nécessaire", face à une situation qu’il juge "préoccupante". Retrouvez ici la liste des lieux et des villes où le masque est obligatoire.
 

Hausse des cas autochtones

Hier, avec 79 nouveaux cas, La Réunion a dépassé la barre des 1 000 cas de Covid-19. Le département compte 1075 cas et dix clusters : sept à Saint-Denis, deux à Saint-André et un à Sainte-Marie. Le département connaît une "réelle circulation du virus avec une hausse des cas autochtones qui deviennent supérieurs au nombre de cas importés dans l’île", ajoute Jacques Billant.
 

Des centres de dépistage

Les maires des communes de l’Ouest ont aussi décidé de mettre à disposition de l’Agence Régionale de Santé des salles supplémentaires pour permettre l’ouverture de centres de dépistage Covid-19.

L’ARS veut aussi "réactiver les moyens et les organisations prévues pour la première vague". Ces centres Covid ambulatoires seront dédiés à la prise en charge des malades testés positifs.
 

Des données épidémiologiques transmises aux maires

Afin de renforcer la lutte contre le coronavirus, l’Agence Régionale de Santé a aussi annoncé hier qu’elle fournirait désormais des "données épidémiologiques" aux maires. "Maintenant qu’il y a une circulation au sein de la population, l’ARS donnera aux communes, une représentation du nombre de cas confirmés, sans indication nominative", a annoncé Martine Ladoucette, la directrice générale de l’ARS. De quoi permettre aux élus d’agir localement pour freiner la propagation du coronavirus.