Soupçonné de détournement de fonds publics, le maire de Sainte-Marie, Richard Nirlo, est en garde à vue

justice sainte-marie
nirlo
©Imaz Press
Le maire de Sainte-Marie, Richard Nirlo, est en garde à vue à la caserne Vérines, depuis 8h, ce jeudi 9 juillet. Quatre jours après sa réélection, Richard Nirlo est à nouveau entendu dans le cadre d’une affaire de suspicion de détournement de fonds publics.
Le maire de Sainte-Marie, Richard Nirlo, est actuellement en garde à vue à la caserne Vérines, à Saint-Denis, depuis ce matin, 8 heures, ce jeudi 9 juillet. Richard Nirlo serait entendu par les gendarmes avec un de ses proches collaborateurs, dans le cadre d’une affaire de suspicion de détournement de fonds publics. Il y a deux jours, Rémy Lagourgue, était lui aussi entendu par les gendarmes au sujet de cette même affaire.

Cette garde à vue intervient quatre jours seulement après la réinstallation de Richard Nirlo à la mairie de Sainte-Marie. Elu lors des dernières élections municipales avec 57 % des voix devant Gérald Maillot, Richard Nirlo a retrouvé dimanche dernier son fauteuil de maire.
 

Une garde à vue en décembre 2019

En décembre 2019, le maire de Sainte-Marie, avait déjà été entendu dans cette affaire de détournements de fonds publics supposés et de corruption. Il avait passé une nuit de garde à vue à la gendarmerie de Sainte-Anne.

Il est soupçonné d’être impliqué dans une affaire de détournement de fonds publics, recels, faux et usage de faux, trafic d'influence, favoritisme et corruption. Ces faits supposés auraient été commis à l'époque où Richard Nirlo était adjoint au maire de Sainte-Marie, Jean-Louis Lagourgue ; mais aussi lorsqu’il lui a succédé en janvier 2018.

Parmi ces dossiers, il était notamment question d'attribution de primes excessives à divers agents de la mairie. La justice s'intéressait aussi aux conditions dans lesquelles certains marchés publics ont été passés.
 

Un signalement de la Chambre Régionale des comptes

L'ouverture de cette enquête fait suite à un signalement de la Chambre Régionale des comptes. Ce rapport au vitriol sur la gestion de la commune pointait notamment du doigt un système clientéliste avec les cadres et agents communaux sous l'ère Jean-Louis Lagourgue.

En décembre 2018, les conclusions de ce rapport avaient donné lieu à la perquisition de plusieurs services de  la mairie de Sainte-Marie sous la direction du procureur de la République. Les gendarmes avaient perquisitionné les services des marchés publics, des ressources humaines et le bureau de l'urbanisme de la municipalité.

Des plaintes pour déclassements frauduleux de terrains avaient également amené le Procureur à ouvrir une enquête sur une attribution de terrain de la ZAC Beauséjour à CBO Territoria.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live