réunion
info locale

Exploitation Lauret à la Plaine des Cafres : la vache n’est pas décédée de la leucose bovine

élevage
Une nouvelle vache est morte sur l'exploitation des Lauret, le 9 août, à la plaine des Cafres.
Une nouvelle vache est morte sur l'exploitation des Lauret, le 9 août, à la plaine des Cafres. ©Sophie Person
Selon un communiqué de la préfecture diffusé ce mardi 13 août, la leucose bovine n’est pas responsable du décès de la dernière vache de l’exploitation du couple Lauret à la Plaine des Cafres.
La leucose bovine ne serait pas responsable du décès de l’animal. Selon la préfecture de La Réunion, la vache décédée le 9 août dernier, sur l’exploitation du couple Lauret, n’est pas morte de la leucose. Suite au décès de l’animal, un vétérinaire avait été mandaté par la préfecture vendredi dernier. Une autopsie a ensuite été effectuée.
 

Épuisement mortel au moment du vêlage

Selon les premiers éléments, la vache était souffrante. Dans ce communiqué, la préfecture écrit que :
 

Sur cette vache, il a été constaté : l’extrême pâleur des muqueuses, la présence de tiques et le constat de plaies très profondes, semblant avoir été infligées par des morsures de carnivore. Ces éléments peuvent expliquer l’épuisement mortel de l’animal au moment du vêlage. Ce constat peut également être mis en relation avec une hémoparasitose (parasite du sang de type anaplasmose) et une importante perte de sang. En tout état de fait, cet animal est décédé au cours de la nuit du 8 au 9 août 2019.

 

Pas de décès lié à la leucose sur l'exploitation 

Cette exploitation fait face à une mortalité élevée depuis le début de l’année. La préfecture rappelle que "le vêlage est une étape cruciale dans la surveillance d’une vache par l’éleveur. La date de vêlage approchant, il est de la responsabilité de tout éleveur de mettre sa vache en sécurité et d’assurer sa surveillance pour permettre un vêlage correct ainsi que la survie de la mère et du veau".

Le 9 août dernier, les services de l’Etat affirmaient également que "les animaux précédemment décédés ne sont pas morts de la leucose bovine". Toujours selon la préfecture, "la leucose ne peut pas provoquer des morts subites ou à répétition".
 
Publicité