Vacances à Maurice : les Réunionnais peuvent désormais voyager vers l'île Soeur sans passeport

océan indien
Tourisme Plage de la Cuvette à Grand Baie Ile Maurice
Plage de la Cuvette à Grand Baie, Ile Maurice ©Harry Amourani
Se rendre à Maurice sans passeport, c'est désormais une réalité. Depuis ce lundi 19 septembre, les Réunionnais peuvent voyager vers l'ile Soeur en présentant simplement une carte d'identité. La mesure qui vise à relancer l'économie touristique restera en vigueur jusqu'en juin 2023.

La nouvelle qui avait été annoncée au mois d'août dernier est désormais une réalité : les Réunionnais n'ont plus besoin de passeport pour voyager jusqu'à l'île Maurice. C'est la MTPA, l'Office de tourisme de l'île Sœur qui l'a confirmé sur les réseaux sociaux.

A compter de ce lundi 19 septembre, et cela jusqu'au 30 juin 2023, il suffit de présenter sa carte d'identité pour se rendre chez nos voisins mauriciens. Une bonne nouvelle pour les Réunionnais qui sont nombreux à choisir la destination pour leurs vacances.

Opération "Île Maurice sans passeport"

La mesure baptisée "opération Île Maurice sans passeport" ne s'adresse qu'aux résidents réunionnais voyageant depuis La Réunion vers l'île Sœur "à des fins de vacances". Les passagers au départ de l'Hexagone, ou d'autres territoires, ne sont donc pas concernés.

La carte d'identité présentée par les voyageurs devra être valide et il faudra justifier d'un séjour d'une durée minimum de deux nuits et remplir également le formulaire de voyage mauricien "All In One" à l'adresse internet suivant :  https://safemauritius.govmu.org/

Un document PDF avec un QR Code sera automatiquement généré et celui-ci devra être présenté aux agents de santé à l’arrivée à l’aéroport de Maurice.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Voyager à Maurice sans passeport, c'est désormais possible depuis La Réunion ! Il faut tout de même présenter une carte d'identité valide

Relancer le tourisme à Maurice

La mesure qui a été initiée par le gouvernement mauricien vise à relancer le tourisme fortement impacté dans l'île Sœur, comme partout ailleurs, par la crise sanitaire du Covid. Le ministre du Tourisme Steven Obeegadoo explique qu'il s'agit d'alléger les formalités de voyage pour faire revenir "en masse" les Réunionnais qui sont nombreux à ne pas avoir été en mesure de renouveler leur passeport à temps.

D'autant que la problématique des délais allongés de livraison de passeport est toujours une réalité. "J'ai des clients qui n'ont obtenu un rendez-vous qu'au mois de janvier pour faire leur demande de passeport", confie Gwenaëlle Bellec, de l'agence Odyssée Voyages. "Cette mesure c'est un grand point positif pour les Réunionnais parce que nous avons toujours ce gros problème de délivrance de passeports !

"Une mesure marketing"

Steven Obeegadoo vise l'objectif des 1,4 million de touristes pour cette année 2022-2023, alors que la pandémie semble ne plus être qu'un mauvais souvenir et qu'il n'y a plus aucune restriction en vigueur, que ce soit au niveau des tests de dépistage ou du vaccin.

Katherine Chatel, co-directrice de l'agence Odyssée Voyages, rappelle que la mesure avait déjà été prise suite à la crise du Chikungunya en 2006 mais aussi plus récemment en 2018. "C'est une mesure marketing", résume-t-elle. Dans le viseur direct des Mauriciens : les prochaines vacances scolaires du mois d'octobre.

Premier bilan en fin d'année

"C'était dans les tuyaux depuis juillet dernier, poursuit Katherine Chatel. A l'époque, les hôtels mauriciens nous appelaient parce qu'ils s'inquiétaient de ne pas avoir plus de réservations depuis la Réunion mais les Réunionnais se décident très longtemps à l'avance pour voyager. Et comme Maurice ne s'est décidé que le 1er juillet pour supprimer toutes les restrictions, les Réunionnais sont partis ailleurs".

Beaucoup de Réunionnais sont notamment partis en vacances en province, dans toute la France hexagonale : en Bretagne, en Provence, etc... Mais ils pourraient donc à nouveau plébisciter l'île Sœur pour les prochains mois et en particulier pour les vacances de fin d'année.