Wakashio : 45 Mauriciens souffrent de maux liés à la marée noire

pollution
Marée noire autour du Wakashio
Des litres de fioul continuent de se déverser dans le lagon depuis jeudi ©Collectif Eco-Sud

La marée noire du Wakashio est présente quotidiennement dans la vie de 45 Mauriciens auscultés qui souffrent de difficultés respiratoires, d'irritations cutanées, de rougeurs et de maux de tête. Ils vivent en bord de mer et se sont mobilisés pour lutter contre la marée noire.

45 Mauriciens souffrent physiquement, tous les jours des conséquences de la marée noire suite au naufrage du Wakashio sur le récif situé au Nord de la Pointe d'Esny, sur la côte Est de l'Île Maurice. Pendant des semaines, des bénévoles se sont relayés pour sauver l'environnement. Dans les premiers jours, les riverains sont intervenus sans le moindre équipement. Aujourd'hui, ils présentent des troubles respiratoires très graves. 

Ce sont les malades les plus durement touchés par les conséquences de cette tragédie écologique note l'ONG Eco-Sud. L'organisation non-gouvernementale a étendu ses premières recherches aux villages du secteur : Mahébourg, Providence, vieux-Grand-Port, Bambous-virueux, Bois-des-amourettes, Rivière-des-Créoles, Cité-La-Chaux, Débarcadère-de-Mahébourg et Ville-Noire précise Le Mauricien.

Des investigations complémentaires sont nécessaires

 

Finalement, ils ont recensé 141 personnes qui présentent des symptômes ne pouvant, pour l'instant, être liés directement à l'huile lourde, et 91 qui présentent des pathologies pouvant être liées note également Radio-One. Des investigations médicales sont encore nécessaires pour déterminer le lien avec les irritations cutanées, des yeux, les rougeurs sur le corps, les maux de tête et la détresse psychologique des éventuelles victimes. Difficile de faire un tri précis dans cette période où les événements se bousculent. 


Pour les 45 premiers patients, le doute n'est pas permis. Les pathologies et leurs interventions dans les premiers jours de la marée noire expliquent les maux dont ils sont atteints six mois plus tard.

 

 

 

 

 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live