Coronavirus : la collectivité maintient le versement des bourses et demande aux étudiants de retarder leur retour

éducation
Amphithéatre
Amphithéatre
Conséquence de la crise du coronavirus, l'année universitaire a été suspendue sur de nombreux campus dans le monde. Mais les étudiants de Saint-Pierre et Miquelon continueront de percevoir l'aide financière territoriale. La collectivité leur demande de retarder leur retour. 

En ce printemps 2020, que doivent faire les 240 étudiants résidents de Saint-Pierre et Miquelon pris dans les filets de la crise du coronavirus ? Deux tiers d'entre eux étudient actuellement en Europe et surtout en France, les autres sont dans les universités canadiennes. Et d'un côté comme de l'autre de l'Atlantique, le virus a largement perturbé cette fin d'année universitaire.

À lire aussi > Maintien des vols, quatorzaines obligatoires, flambée des prix... les ministres de l'Outre-mer et de la Santé s'expliquent

En métropole, la reprise des cours n'est pas garantie avant les vacances d'été. Et la progression de l'épidémie a déjà contraint plusieurs provinces canadiennes à mettre fin aux cours prématurément, à l'instar de Terre-Neuve et Labrador fin mars, et plus récemment du Nouveau-Brunswick le 2 avril. Et au Québec, plusieurs établissements supérieurs ont déjà fermé en imposant le télé-enseignement.

Le versement des bourses maintenu

Depuis Saint-Pierre, le président de la collectivité tient à rassurer les étudiants et leurs familles face aux inquiétudes légitimes. 

À lire aussi > Coronavirus : l'enseignement se poursuit à distance en période de confinement

Les bourses mensuelles qu'elle leur délivre, environ cinq cents euros par mois d'étude, seront bien versées jusqu'à leur retour, même en cas de suspension ou d'arrêt des cours. Et le semestre ou l'année universitaire ne sera pas considéré comme un "échec" s'il devait être décalé à l'automne 2020. En temps normal, la collectivité subordonne en effet les versements à la réussite aux examens (selon la règle locale, un seul échec est possible).
 

" Nous souhaitons que l'impact sur nos jeunes soit le moins stressant possible, en sachant que la situation elle-même n'est pas forcément facile. " - Stéphane Lenormand, président de la collectivité

 

Un retour retardé

À l'unisson du gouvernement français, Stéphane Lenormand exhorte les étudiants à patienter dans leur ville d'études avant d'envisager un retour sur leur archipel. Un retour qui ne pourra "absolument pas intervenir avant début mai" selon le président de la collectivité.

Pour certains étudiants, le retour pourrait même n'avoir lieu que plus tard, selon les sessions de rattrapage que les universités pourraient être amenées à proposer.
 

" Restez chez vous, aujourd'hui vous êtes en sécurité. La situation n'est certes pas confortable, mais ne prenez pas de risque [dans les transports et les aéroports], ni pour vous ni pour les autres. " - Stéphane Lenormand


Entretien avec Stéphane Lenormand réalisé par Claudio Arthur.

Stéphane Lenormand - Etudiants ©SPM la 1ère
Les Outre-mer en continu
Accéder au live