Coronavirus : les restrictions s'assouplissent pour voyager depuis et vers Saint-Pierre et Miquelon

coronavirus saint-pierre (spm)
arrivee aeroport saint-pierre
Instaurés à la suite du reconfinement en métropole, les motifs impérieux de voyage vont être supprimés dès ce samedi. Mais les passagers arrivant à Saint-Pierre et Miquelon restent soumis à l'obligation d'un double test PCR et d'une septaine.
Depuis l'arrivée en Europe de la deuxième vague du coronavirus, et le reconfinement de la France métropolitaine qui a suivi, les passagers aériens qui souhaitaient quitter ou se rendre à Saint-Pierre et Miquelon devaient pouvoir présenter un "motif impérieux", afin de recevoir une autorisation de voyage délivrée par la préfecture de l'archipel. 

À lire aussi > Économie : une reprise inégale après le confinement à Saint-Pierre et Miquelon

Dans le prolongement de la baisse de la pression épidémique en France (13500 nouveaux cas de covid-19 identifiés ce jeudi, contre plus de 80 mille il y a trois semaines), les autorités nationales ont annoncé un assouplissement du confinement dans l'Hexagone. Après avoir consulté les autorités locales de santé, les professionnels du transport aérien de l'archipel et les élus, le préfet Thierry Devimeux a décidé de supprimer dès samedi 28 novembre ces conditions "impérieuses" pour voyager. Le représentant de l'Etat en a fait l'annonce ce jeudi sur le plateau de notre journal télévisé, afin de permettre aux familles de se rassembler pour fêter Noël dans de meilleures conditions.
 

" J'ai pris cette décision hier soir, après avoir consulté les élus locaux. On a eu un fort débat ensemble, car nous n'étions pas tous d'accord sur le dispositif à retenir. "

Thierry Devimeux, préfet de Saint-Pierre et Miquelon



Les voyageurs pour la métropole au départ de l'aéroport Pointe Blanche à Saint-Pierre, n'auront donc plus de restriction de vol. En revanche, ceux qui désirent se rendre à Saint-Pierre et Miquelon resteront soumis jusqu'à nouvel ordre au dispositif en place depuis le 7 novembre : ils ont l'obligation de présenter un test PCR négatif réalisé dans les 72 heures précédant le vol, et de s'isoler durant sept jours à leur arrivée, en attendant le résultat d'un second test PCR, lui aussi obligatoire, réalisé sur l'archipel. Ces conditions restrictives ont été imposées à la suite de la demande unanime des élus locaux. Corrolaire de la levée des motifs impérieux, le préfet annonce qu'il a demandé aux gendarmes de renforcer les contrôles inoppinés des placements en auto-isolement. 

À lire aussi > Confinement obligatoire pour les malades de Saint-Pierre et Miquelon évacués au Canada

Actuellement et en raison de la pandémie, l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon est desservi par un unique vol hebdomadaire, sur la liaison Montréal - Saint-Pierre, opéré par la compagnie locale Air Saint-Pierre. Malgré la levée des motifs impérieux, les autorités ne prévoient pas d'augmenter le nombre de ses rotations dans l'immédiat, considérant que les capacités actuelles devraient se révéler suffisantes. Si la demande était plus forte, le représentant de l'Etat annonce qu'il pourrait demander des vols de renfort.

Ce jeudi 26 novembre, Thierry Devimeux était l'invité du journal télévisé, interrogé par Claudio Arthur.