Démission du président de l'association des parents d'élèves des établissements publics de Saint-Pierre et Miquelon

coronavirus
masques ecoles
©SPM la 1ère

Dans un courrier du 12 mars, Alex Eugène annonce qu'il quitte ses fonctions de président de l'APE. Entre la préfecture et l'association, les échanges demeurent tendus depuis plusieurs semaines. En cause, le port du masque par les enfants du primaire.

C’est par courrier ce vendredi 12 mars que l’association des parents d’élèves a appris la démission de son président. Élu à la tête de l’APE depuis trois ans, Alex Eugène a en effet décidé de passer la main.

Je veux permettre à l'association de demeurer autonome dans ses choix et ses actions, ainsi que d'être libre d'exprimer toutes ses revendications. 

Alex Eugène, ancien président de l'APE

 

Dans un autre courrier, daté du même jour et adressé à Alex Eugène, Christian Pouget l'accuse de contribuer "à envoyer à la population des signaux de relâchement sur le respect du port du masque". Cet ultime échange a-t-il poussé ou contribué à la démission le président de l'APE ? Alex Eugène n'a pas répondu à nos sollicitations

À lire aussi : Des parents d’élèves se montent en collectif pour s’opposer au port du masque à l’école

Depuis plusieurs semaines les désaccords avec le préfet sont nombreux et récurrents au sujet du port du masque dans les écoles primaires de l'archipel. L'association des parents d'élèves des établissements publics de Saint-Pierre a adressé par deux fois au préfet, sa volonté d'exonérer les enfants du port du masque.

Depuis la rentrée des classes, le débat s'est intensifié. À Miquelon, en début de semaine, plusieurs parents ont envoyé leurs enfants non masqués à l'école.

À lire aussi : Covid-19 : Le préfet de Saint-Pierre et Miquelon refuse la levée du masque à l'école

À l'occasion d'une visite officielle le jeudi 11 mars, Christian Pouget avait rappelé  la "fragilité de la situation sanitaire de l'archipel", et de conclure "je ne céderai pas sur la question du masque", devant une vingtaine de parents mécontents. Une pétition pour l'allégement des mesures sanitaires au primaire circule sur Internet depuis un mois, comptabilisant plus de 400 signatures.