La décharge de Miquelon suscite l'intérêt de la délégation sénatoriale en visite dans l'archipel

écologie
gestion déchet
La décharge de Miquelon ©SPM LA PREMIERE
Appréhender les défis en matière de gestion des déchets à Saint-Pierre et Miquelon, c'est l'objectif de la délégation sénatoriale aux Outre-mer conduite par son président Stéphane Artano. Au programme : visite de la déchèterie et de la décharge et rencontres avec les acteurs concernés.

Rencontrer les différents acteurs du territoire et dresser un état des lieux pour pouvoir améliorer la gestion des déchets à Saint-Pierre et Miquelon, c'est dans cette optique que les sénatrices de l'Aude et de La Réunion Gisèle Jourda et Viviane Malet, le sénateur de la Mayenne, Guillaume Chevrollier et le sénateur de Saint-Pierre et Miquelon Stéphane Artano visitent les différents sites de l'archipel. 

À lire aussi : L'éco-organisme SCRELEC de retour à Saint-Pierre et Miquelon pour sensibiliser sur la collecte et le recyclage des piles et batteries usagées

Ce mardi 20 septembre, la délégation sénatoriale Outre-mer s'est rendue à Miquelon où elle a pu voir sur place, l'absence de déchèterie. Guidée par le maire de la commune de Miquelon-Langlade, force a été de constater l'étendue de détritus déposés dans une décharge à ciel ouvert. Des déchets brûlés qui occasionnent des problèmes environnementaux, de santé publique ou encore de sécurité.

L'étonnement, la stupéfaction et l'inquiétude, les sentiments étaient partagés ce matin à la décharge de Miquelon.

Comme c'est le cas dans d'autres départements, il y a des difficultés pour pouvoir éliminer ces décharges qui ne sont absolument pas contrôlées et stupéfaite qu'il n'y ait absolument aucun tri au préalable avant le brûlage.

Gisèle Jourda, sénatrice de l'Aude et membre de la délégation Outre-mer

Si 750 000 euros ont été avancés par le fonds exceptionnel d'investissements, il manque encore un million d'euros pour l'achat d'un bâtiment et des équipements. Le site est tout trouvé puisqu'il est investi par des véhicules hors d'usage et par de nombreux encombrants, à savoir la carrière de l'Ouest. 

Il y a beaucoup de choses à améliorer. Entre autre, le partenariat et l'intégration de l'ensemble des parties prenantes de ce dossier autour d'une table pour discuter et aider les mairies qui sont aujourd'hui seules dans cette gestion des déchets.

Franck Detcheverry, maire de la commune de Miquelon-Langlade

Viviane Dauphoud-Eddos et Adrien Develay ont suivit la délégation sénatoriale à Miquelon. 

©saintpierreetmiquelon

A Saint-Pierre et Miquelon, le brûlage à ciel ouvert est donc une réalité, la décharge est saturée. Une plainte pour pollution marine pèse aussi dans la balance à Saint-Pierre et à Miquelon, il y a encore beaucoup à faire.

À lire aussi : Le chantier du barrage de la Vigie devrait débuter à l'automne 2022

Comme l'a souligné Stéphane Artano, invité du journal télévisé du 19 septembre 2022, la vocation de la délégation c'est "d'accompagner et d'éclairer les travaux du sénat sur les problématiques des collectivités". Pour cela, des déplacements sont programmés et des auditions sont menées au niveau des conseils régionaux, départementaux et des communes. C'était le cas en juin dernier à La Réunion et à Mayotte puis c'est le cas actuellement à Saint-Pierre et Miquelon.

C'est vraiment l'identification de ce qui va et de ce qui ne va pas non plus, sans pointer les responsabilités.

Stéphane Artano, sénateur de Saint-Pierre et Miquelon

À Saint-Pierre, entre 2014 et 2020, outre les déchets résiduels qui sont brûlés, la quantité de déchets à diminué de 30 %. 66 % des détritus sont valorisés. 

Lors de son intervention dans le journal télévisé, Stéphane Artano a rappelé que "75 % des déchets ne sont pas des déchets ménagers. Il y a des agrégats, des déchets du BTP et là aussi on doit questionner les entreprises, peut-être les accompagner également et nous d'identifier ce sur quoi on pourrait intervenir pour faire en sorte qu'ils soient accompagner".

À lire aussi : Les plans du futur village de Miquelon présentés aux habitants

Pour le sénateur de l'archipel et président de cette délégation, il faut "responsabiliser davantage les acteurs" . 

La délégation sénatoriale Outre-mer devra rendre un rapport sur la gestion des déchets dans les territoires ultramarins d'ici le mois de novembre. 

Retrouvez l'entretien complet de Stéphane Artano. Il était l'invité de Linda Saci dans le journal télévisé de ce lundi 19 septembre. 

 

©saintpierreetmiquelon

Une délégation sénatoriale aux Outre-mer qui a également rencontré le maire de la commune de Saint-Pierre ce lundi 19 septembre au matin. Après des échanges, tous se sont également rendus à la déchèterie et à la décharge pour voir le travail accompli sur site avec ses points positifs et ses points négatifs.

Ils ont été surpris de savoir que c'était la mairie qui supportait à elle seule l'ensemble du traitement des déchets avec de petits moyens à la fois humains et financiers.

Yannick Cambray, maire de Saint-Pierre

Yannick Cambray qui "attend avec impatience les recommandations qui sortiront de ce rapport".

Invité dans le journal radio du 20 septembre, Yannick Cambray répondait aux questions de Marie Paturel.

©saintpierreetmiquelon