Le sénateur Stéphane Artano contre l'application du pass vaccinal à Saint-Pierre et Miquelon

coronavirus
stephane artano senat
©Facebook - Sénat
Le pass vaccinal a été définitivement adopté ce dimanche 16 janvier par le Parlement. Dans l'hexagone, dès l'âge de 16 ans, il faudra justifier d'un statut vaccinal complet pour accéder à différents lieux. Le sénateur Stéphane Artano demande au préfet de repousser son entrée en vigueur localement.

Le sénateur Stéphane Artano a voté contre le pass vaccinal, même si la majorité de son groupe a voté pour. C'était ce samedi 16 janvier au Sénat. Un  pass vaccinal qui a été adopté définitivement par l'Assemblée nationale ce dimanche 17  janvier 2022 avec 215 voix pour, 58 voix contre. 7 députés se sont abtenus. Le gouvernement espère son entrée en vigueur autour du 20 janvier. Pour l'heure, le conseil constitutionnel a été saisi. 

De son côté, le sénateur de Saint-Pierre et Miquelon dénonce "une mesure aux conséquences sociales désastreuses". Stéphane Artano souhaite que le pass sanitaire soit privilégié sur le territoire pour retarder la mise en application du pass vaccinal.

À lire aussi : Quelles adaptations pour le pass sanitaire à Saint-Pierre et Miquelon ?

Lors de son intervention dans l'hémicycle samedi dernier, Stéphane Artano "a demandé au gouvernement de commencer à donner des instructions, notamment dès que la loi va être promulguée dans les jours qui viennent, aux préfets dont celui de Saint-Pierre et Miquelon pour que quand le pass vaccinal va entrer en vigueur, il ne le mette pas en oeuvre dans l'archipel et qu'il utilise la faculté qui lui est offerte par le texte, même si la durée est limitée peut être maximale, pour faire en sorte que l'on privilégie le pass sanitaire qui reste malgré tout un outil qui de mon point de vue n'est pas adapté mais c'est au niveau législatif en tout cas, la seule fenêtre de tir que le gouvernement a par rapport au contexte qu'il a souhaité maintenir".

Pour Stéphane Artano la mise en application de la mesure va soulever des questions.

C'est une pression supplémentaire qui sur des petits territoires comme Saint-Pierre et Miquelon ne se justifie pas. Autant on peut discuter des moyens de protéger les gens, autant on peut appeler les gens pour leur expliquer ce qu'est la vaccination et les effets qu'elle peut apporter. Autant exclure les gens des activités sur un territoire où la cohésion sociale est importante, pour moi, c'est une erreur fondamentale.

Stéphane Artano, sénateur de Saint-Pierre et Miquelon

 

Pour Stéphane Artano "à saint-Pierre et Miquelon, on peut faire quasiment du sur-mesure. On sait bien qu'il y a des gens qui attendent des vaccins plus conventionnels [...] il y a des gens qui ne voudront pas se faire vacciner mais il faut aussi l'entendre, et il y a des gens qui ont des contre-indications ou qui sont fragiles et vers lesquels il faut aller. Et moi je préfère cette mesure la, d'aller vers que d'exclure les gens pour les obliger à "...

À lire aussi : Un nouveau centre de dépistage pour les non-vaccinés et les parcours vaccinaux incomplets à Saint-Pierre

Pour mémoire, le pass sanitaire a été instauré dans l'archipel le 12 janvier dernier. Au niveau local, les jeunes de moins de 16 ans sont dispensés du précieux document pour les activités sportives et culturelles scolaires, péri-scolaires et intra-scolaires. Le pass sanitaire n'est pas nécessaire notamment pour les structures médicales ne dépendant pas du centre hospitalier François Dunan. En revanche, il est demandé pour les établissements du centre hospitalier mais aussi les bars, les restaurants ou encore les structures de loisirs. Une mesure qui ne s'applique pas pour les moins de 12 ans.

Quant au pass vaccinal, dans les Outre-mers ce sont les préfets qui pourront décider de retarder la mesure nationale. 

Écoutez Stéphane Artano, le sénateur de Saint-Pierre et Miquelon répond aux questions de Frédéric Dotte.

©saintpierreetmiquelon