Avec les beaux jours, les serres de Floradécor resplendissent à Miquelon

agriculture miquelon-langlade
Floradécor
©SPM la 1ère
Les journées sont de plus en ensoleillées à Saint-Pierre et Miquelon en ce mois de juin. De quoi ravir les agriculteurs amateurs ou professionnels, à l'instar de Cindy Lucas, horticultrice, dont les serres situées à Miquelon offrent un spectacle fleuri.

En ce beau matin de juin, Paulette Detcheverry, la maman de Cindy Lucas, est venue embrasser sa fille. Il faut dire qu'aujourd'hui, c'est un jour important. "C'est l'anniversaire de ma fille" s'exclame-t-elle, la mine réjouie. Paulette nourrit une grande fierté pour Cindy, dont elle salue le parcours. "Je l'admire parce que c'est beaucoup, beaucoup de travail". 

Productrice de fleurs et légumes depuis cinq ans 

 

Du travail, mais aussi du courage pour Cindy Lucas ainsi que pour tous les agriculteurs de Miquelon. Cette femme qui arbore une couleur de cheveux aussi colorée que ses fleurs, s'est lancée il y a cinq ans dans l'horticulture sous serre. "D'années en années, on développe toujours plus. Pour l'instant, ça va dans le bon sens" précise-t-elle. 

À lire aussi. La belle saison s'installe au plus grand plaisir des jardiniers à Langlade. 

Dans sa serre, sont joliment alignées les "fleurs de l'amour", les "fleurs du bonheur" qui malgré les vents et les tempêtes, sont plus belles que jamais, surtout avec la météo des derniers jours. 

350 plants de tomates

 

Le domaine de Cindy Lucas cache aussi d'autres trésors. Située à côté des fleurs, il y a aussi cette serre légumière, où poussent 350 plants de tomates. "Depuis trois ans, c'est ici qu'on la cultive (la tomate, ndlr). Là, les plants sont bien partis, je pense qu'au mois d'août on devrait avoir des tomates" dévoile-t-elle. 

À lire aussi. Thierry Gauthier, exploitant agricole à Miquelon, est inquiet quant à l'avenir de sa filière de production d'agneaux.

Des tomates, mais aussi des salades prêtes à être récoltées. Cette année, elles sont particulièrement belles grâces aux belles journées des mois de mai et juin. L'absence de brume fait le bonheur de l'horticultrice. "Depuis l'an dernier, on arrive à avoir une quinzaine de jours d'avance sur la plantation des tomates, parce que la température est meilleure et qu'on a plus de soleil." 

Un problème de recrutement 

 

Tous les signaux sont au vert pour Cindy Lucas, gérante de l'entreprise Floradécor. Pourtant, comme beaucoup d'entreprises de l'archipel, elle sera bientôt confrontée au manque de main d'œuvre. "Cette année, j'ai la chance d'avoir trouvé le personnel dont j'avais besoin pour cette saison. Mais le problème de recrutement va se poser prochainement pour moi aussi, avec des départs prochains en retraite, et des jeunes qui partent aux études. L'année prochaine, ça va devenir très compliqué" prédit-elle. 

Retrouvez le reportage ensoleillé de Karim Baïla.  

©saintpierreetmiquelon