À Saint-Pierre et Miquelon, des volontaires nettoient le littoral pour protéger l'environnement

pollution l’île aux marins
Caillou tout prop'
©Collectif "Caillou tout prop'"
Depuis 2018, les membres du collectif "Caillou tout prop'" organisent des actions de nettoyage du littoral, ouvertes au public. Ils entendent ainsi mettre en avant les dysfonctionnements de la gestion des déchets dans l'archipel, tout en sensibilisant le public à la protection de l'environnement.
"La tâche semble énorme et pourtant, ensemble nous y arriverons." Deux ans après sa création, le collectif "Caillou tout prop'" est toujours actif, avec des projets réguliers de nettoyage du littoral de Saint-Pierre et Miquelon. 

Le groupe de volontaires s'est lancé en 2018 sur les réseaux sociaux, après une tempête. Celle-ci avait alors répandu des déchets issus de la décharge de Saint-Pierre sur les plages, au grand dam des habitants de l'archipel. À l'époque, plus de 500 membres avaient rejoint la page Facebook du groupe en quelques semaines. Ils souhaitaient former un mouvement éphèmère, qui prendrait fin lorsque "l'archipel sera enfin propre". "Et nous sommes toujours dans cette optique", commente Marion Letournel, l'une des membres du collectif. "On espère qu'on n'aura bientôt plus besoin de nos actions."

À lire aussi > De la chemise au chiffon, l'initiative de travailleurs handicapés au service de l'environnement

Chaque année, les organisateurs mettent en place des opérations de nettoyage sur les sites les plus pollués de l'archipel. Le but ? Enlever les déchets mais aussi sensibiliser la population. "Du plastique, du plastique et encore du plastique. Si on veut que notre archipel soit propre, il faut que l'on change nos modes de consommation" soupire Marion Letournel, avant d'ajouter qu'il y a "des améliorations" depuis quelques années. "D'ailleurs, on a toujours au moins une quinzaine de personnes, qui viennent souvent en famille pour nettoyer."

Une vingtaine de personnes se sont ainsi mobilisées pour la dernière action en date, malgré un temps peu clément, pour nettoyer les plages de l'anse à l'Allumette, de Galantry et de l'île aux Marins, avec l'aide de la Marine nationale. Les marins du Fulmar étaient chargés de récupérer les sacs d'ordures en zodiac, afin de faciliter le travail des bénévoles. 
  

Des déchets brûlés en bord de mer


En-dehors des opérations de nettoyage, le collectif milite également pour une meilleure gestion des déchets à Saint-Pierre et Miquelon. La mairie de Saint-Pierre a beaucoup avancé sur le dossier ces dernières années. À partir de 2014, elle a mis en oeuvre la première étape du système de tri sélectif actuellement en vigueur, avec le recyclage des déchets en verre. Deux ans plus tard, le carton et le plastique étaient également traités et recyclés. Cela a permis de diviser le nombre de déchets ménagers par quatre en quatre ans. Un dispositif de compostage a également vu le jour en 2017. 
 

"L'anse à l'Allumette est tout près de la déchèterie, donc on a le vent, les conditions climatiques, les rejets de l'océan qui polluent le littoral" - Marion Letournel, membre du collectif "Caillou tout prop'"


Malgré tout, une partie des ordures ménagères restent brûlée à ciel ouvert en bord de mer. "Encore trop de détritus finissent à la déchèterie" assure Marion Letournel. "Des déchets qui viennent des particuliers, mais aussi des entreprises."  Elle assure retrouver fréquemment des emballages de produits du quotidien sur les sites entourant la déchèterie, mais aussi des seringues et des médicaments, en provenance de l'hôpital selon elle. L'anse à l'Allumette et Galantry sont particulièrement touchées par cette pollution. 

À lire aussi > Printemps de l'Environnement : les bénévoles du Rotary Club nettoient la nature en respectant les distances

La nouvelle équipe municipale arrivée en juin a promis de continuer les efforts de l'équipe sortante, et d'en finir avec le brûlage des déchets à partir de mi-mandat. "Il faudra un budget qui va tourner entre 7 et 9 millions d'euros" a précisé le maire de Saint-Pierre Yannick Cambray. Il souhaite mettre en place un projet commun avec la commune de Miquelon, la collectivité territoriale et la chambre d'agriculture, de commerce, d'industrie, de métiers et de l'artisanat (Cacima) et n'exclut pas la possibilité d'avoir recours par la suite à un dispositif de combustibles solides de récupération, qui permettrait de brûler les déchets en chaudières individuelles. Un projet qui enthousiasme les membres du collectif. "Notre action prend tout son sens! Il ne faut rien lâcher !" ont-ils publié sur leur page Facebook après cette annonce. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live