Une séance officielle apaisée au Conseil territorial de Saint-Pierre et Miquelon

politique
seance off
©Marie Daoudal

Les élus du Conseil territorial se sont réunis ce mardi pour une séance officielle. A l’ordre du jour, l’analyse des comptes publics sur l’année passée et les projets pour 2021. En revanche, l’abandon du projet actuel des quais des ferries n’a pas été débattu.

Les échanges étaient plutôt apaisés ce mardi 2 mars dans la salle des délibérations du Conseil territorial à Saint-Pierre. De nombreux dossiers ont été évoqués, comme la déclinaison locale du plan de relance national afin de surmonter les conséquences de la crise sanitaire, ou la réorientation de crédits. La séance s’est déroulée en l'absence du président de la Collectivité Bernard Briand, qui était en déplacement sur Miquelon dans le cadre de la visite officielle de la ministre de la Mer.

À lire aussi : La visite officielle d’Annick Girardin à Miquelon sous le signe de la pêche et de l’érosion

Désaccords sur les comptes administratifs et les comptes de gestion

Deux points ont toutefois suscité des désaccords de la part de l’opposition : le budget administratif et le budget de gestion. Les comptes administratifs de 2020 sont jugés satisfaisants pour la majorité, avec un excédent affiché de plus de sept millions d’euros. Cependant, cet excédent s’appuie sur des emprunts contractés par la Collectivité, mais qu’elle n’a pas consommés, ce que dénonce l’opposition. Ce budget a été voté à la majorité, malgré l’abstention de l’opposition. Mattew Readron conseiller de Cap sur l'Avenir esime qu’en prenant tous les chiffres en compte, il aboutit à un déficit de 2,6 millions d’euros. Il salue toutefois la reconnaissance de ce déficit de la part de la majorité.

Je ne suis pas entièrement convaincu par l’argumentaire qui dit que [ce déficit] est lié aux ferries dans la mesure où ceux-ci vont à perte sur Terre-Neuve.

Matthew Reardon

 

Stéphane Lenormand, conseiller Archipel Demain et ancien président de la Collectivité, est convaincu que l'assemblée a "su prendre les mesures de gestion qui s’imposaient pour encaisser le coût [de la crise sanitaire] tout en gardant une gestion saine." Il accuse l’opposition "d’oublier ce que nous avons vécu" avec la crise liée au Covid-19 en relevant le déficit de 2,6 millions d’euros.

À l'ordre du jour, il était aussi question du barème des abattements pour les donateurs réalisés au profil des membres de sa famille. Cette modification a été adoptée à l'unanimité. En revanche, les dossiers d'accord de relance 2021-2022 et celui concernant l'avenant au contrat de développement entre l'État et la Collectivité ont été reportés à une séance ultérieure. 
  

L’actualité locale également évoquée

La séance n’a pas fait l'impasse sur les récents événements qui ont touché l’archipel. Il a notamment été question de l’érosion de l’isthme de Miquelon-Langlade. C’est l’opposition de Cap sur l’Avenir qui a tenu à aborder le sujet, en insistant sur le fait qu’il fallait "trouver des points d’accord pour aller de l’avant sur ce dossier." La majorité d’Archipel Demain était plutôt du même avis.  "Il était intéressant et vital sur une séance comme celle-là de rappeler les enjeux pour tout l’archipel", a expliqué Matthew Reardon en fin de séance.

Toutefois, l'abandon du projet actuel des quais des ferries n'a pas du tout été abordé. Le budget primitif doit à présent être approuvé, lors d’une nouvelle séance qui aura lieu à la fin du mois de mars.