publicité

L'ADIE fête ses 10 ans à Wallis et Futuna

Ce mardi 26 mars 2019, l'association pour le droit à l'initiative économique a soufflé sa dixième bougie. Responsables locaux et nationaux ont marqué le grand jour avec deux tables rondes organisées avec les partenaires financiers : l’Etat, le territoire, la CCIMA, l’IEOM. 

 

Lotana Si'akinu'u
Lotana Si'akinu'u
  • WF la 1ère
  • Publié le , mis à jour le
ADIE Wallis et Futuna © ADIE Wallis et Futuna
© ADIE Wallis et Futuna ADIE Wallis et Futuna
En 10 ans d’existence, l’ADIE, Association pour le droit à l'initiative économique a octroyé 554 prêts dont 456 à la création d’entreprise notamment dans le secteur primaire. 2018, une année record en termes d’activité, les micro crédits ont augmenté de 31%.  L’ADIE est finalement un peu la bonne fée des créateurs d’entreprises, mais son offre est limitée. Pour le président de l’assemblée David VERGE, il faut réactiver le FGTPE, fond de garanties pour les petites entreprises :

« Il faut trouver un fond de financement régulier qui soit assez anodin, je pense même au travers de taxation, c’est une réflexion à mener pour que en gros tous les mois, et chaque année une subvention complémentaire arrive directement, et qui doit être lié à l’activité. Plus il y aura de l’activité, plus le fond de garantie sera forte. »

Alexandre RUTECKI, directeur régional de l'ADIE a rappelé les démarches menées pour remettre en place ce dispositif, qui facilite l'intervention bancaire auprès des petites et moyennes entreprises :

« Nous avons fait une demande en fin 2016 et nous avons re-formalisé au comité de FGTPE d’octobre 2018. Ça demande une modification du règlement intérieure et donc nous en avons discuté avec le préfet  et nous attendons la modification du règlement intérieure sur  2 sujets. Premièrement sur le fait de pouvoir prêter jusqu'à 1,8 millions, par contre en terme de garantie il y a une nécessaire redotation qui idéalement pourrait intervenir rapidement."

Jusqu'à présent, les prêts vont jusqu’à 1,2 millions francs  avec une moyenne à 470 000 francs. Les remboursements se font sur dix huit mois. Si pour l'instant il y a peu de clients à Futuna, avec le recrutement d'une nouvelle conseillère de l'organisation sur place, les chiffres devraient augmenter dans les prochains mois. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play