wallis & futuna
info locale

Anniversaire du Territoire le 29 juillet, Wallis et Futuna, françaises depuis 1961 : 56 ans d'Histoire en 6 évènements clés

administration
Aérodrome de Vele, Royaume de Alo, 22 février 2016 lors de la visite du président de la République
©Seilala VILI
Le 29 Juillet 1961, Wallis et Futuna deviennent officiellement Territoire français d'outremer. Une loi est adoptée : un statut garantissant la citoyenneté française des habitants dans le respect de la coutume. 56 ans plus tard, retour sur 6 dates clés.
Françaises depuis 56 ans, les îles Wallis et Futuna ont vu leur histoire basculer depuis leur rattachement à la République Française le 29 juillet 1961.
La loi n°61-814 conférant à Wallis et Futuna le statut de Territoire Outremer est adoptée à l'Assemblée Nationale. Le « statut de 1961 » prévoit la création d’une Assemblée Territoriale avec 20 membres élus dans les 5 circonscriptions électorales de Wallis et Futuna. Les rois d’Uvea, Alo et Sigave ainsi que leurs chefferies sont également reconnus comme représentants de la coutume.
Entretemps, le Territoire est devenu une « Collectivité d’Outre-mer» en 2003. Le régime de 1961 ne change pas, son statut particulier est toujours reconnu.

Le Statut de Territoire d’Outre-mer, Une première ouverture au monde pour ces petites îles du Pacifique, première étape d'une évolution fulgurante dans tous les domaines. Exemple en 6 dates clé.
 

04 Mars 1962 : Premières élections à l’Assemblée Territoriale. 20 membres élus, comme le prévoit le statut : 7 à Futuna, 13 à Wallis. L’Assemblée siège à Mata Utu, chef lieu du Territoire.
 
       
Assemblée Territoriale en 2017
 


16 Juillet 1972 : Ordination de Mgr Lolesio FUAHEA,  premier évêque originaire de Wallis et Futuna à la cathédrale de Mata Utu.
 
Monseigneur Lolesio FUAHEA, Premier évêque wallisien
©www.taillandiers.com


19 Juillet 1979, visite- escale de trois heures du Président de la République Valéry GISCARD D’ESTAING, une première sur le Territoire.
Une rencontre est organisée avec les autorités du Territoire, entrevue pendant laquelle le Président rappelle l’importance de préserver un équilibre entre
"l'organisation du Territoire (…) et le  respect (des) coutumes et de vos traditions et la nécessaire entrée de votre population dans le monde du progrès".
Peu de temps après, le premier « Plan de développement » est adopté par les élus Territoriaux. Le Président, annonce également l’arrivée imminente de la radio.
 
Valéry Giscard d'Estaing à Sagato Soane, Premier président de la République à Wallis
Kava Royal à Sagato Soane. A gauche de Valéry Giscard d'Estaing le Lavelua Tomasi Kulimoetoke. A sa droite le Tuiagaifo Nopeleto Tuikalepa 19 juillet 1979
Kava Hollande couverture 230216
1er Kava pour le Président François Hollande ©Gonzague de LA BOURDONNAYE

La prochaine visite d’un chef d’Etat français aura lieu 37 ans plus tard, le
22 février 2016 avec la venue de François HOLLANDE. Un séjour d’une journée pendant laquelle il s’est rendu sur les deux îles Wallis et Futuna.
Un certain nombre des mesures seront promises par le président de la République, dont le dispositif de péréquation tarifaire pour l’alignement progressif du prix de l’électricité sur celui de la métropole d’ici 2020.


21 Avril 1979 : Installation de la  radio FR3 (aujourd’hui Wallis et Futuna 1ère) à Matala'a, dans le district de Mu’a à Wallis.
La télévision locale sera mise en place en 1987.
Le premier journal télévisé est présenté à l’antenne le 09 Août 1990, par Lusia KAVAKAVA.
 
 
02 au 12 Septembre 2013 : Organisation des 9è Mini Jeux du Pacifique à Wallis et Futuna. 22 nations invitées, plus de 1000 athlètes.
« Un défi logistique, financier et humain » relevé.
En amont de cet événement, d’importants travaux de rénovation des infrastructures sportives sont réalisés, dont la création de la salle omnisport de KAFIKA.
 
         
Cérémonie d'ouverture des 9e mini jeux du Pacifique à Wallis, 2013
©Talila Goepfert

22 Décembre 2015 : Lancement de la  téléphonie mobile, le réseau Manu’ia à Wallis et Futuna. Un projet financé par le Territoire à auteur de 787 millions de francs pacifique, deux prêts sont contractés à l’Agence Française de Développement et à la Caisse des Prestations Sociales de Wallis et Futuna.
La participation financière de l’Etat s’élève à 216 millions de francs.
 
 
 La carte SIM entre les mains du Directeur de la Poste.
©LEONÉ VAITANOA


14 Avril 2016 : deux rois à Wallis, cela ne s’était jamais vu.
Le préfet administrateur supérieur de l’époque, Marcel RENOUF reçoit le même jour deux délibérations annonçant deux intronisations.
Le Lavelua Ma’utamakia Vaimu’a HALAGAHU, intronisé par sa chefferie dans son domicile de Vailala  et le Lavelua Takumasiva Aisake KANIMOA, intronisé au palais Sagato Soane.
L’Etat reconnaît officiellement le Lavelua Takumasiva Aisake KANIMOA et sa chefferie.
Un conflit naît de ce clivage, la population d’Uvea est aujourd’hui divisée entre ces deux royautés.
 
Palais royal Sagato Soane à Wallis
Le Palais royal à Wallis. ©NC1ère (Gonzague de LA BOURDONNAYE)
    
 
De profondes mutations :  ces 56 dernières années ont été le théâtre de plusieurs évènements majeurs dans l’histoire de Wallis et Futuna.
Le rattachement de ces petites îles à la République Française a été un premier pas décisif vers le progrès.
En 2017, le fenua continue son cheminement, avec une révolution numérique imminente dès l’arrivée du Très Haut débit fin 2018, via le raccordement au câble sous-marin TUISAMOA.
 





 
Publicité