Marina : une mort accidentelle par noyade

faits divers
Communiqué mort accidentelle
Le communiqué de la Procureure de la République sur la conclusion des deux légistes
La cause de la mort de Marina Hamaivao est d'origine accidentelle. Les deux médecins légistes ont rendu les conclusions de l'autopsie du corps effectué vendredi dans la soirée.
Le communiqué est tombé sur nos écrans à 11h55. Il provenait du bureau de la Procureure de la République. La mort de Marina était accidentelle. Ce communiqué rend les conclusions du rapport d'autopsie des deux médecins légistes de Nouméa désignés par le Juge d'Instruction.
Ils étaient arrivés par le vol régulier Nouméa-Wallis vendredi dernier.

Décès accidentel par noyade

Les deux experts s'étaient immédiatement rendus à l'hôpital où le corps de la jeune femme était conservé. Ils avaient pratiqué l'autopsie pour déterminer les causes précises de la mort. Le choix de deux experts plutôt qu'un seul marque la volonté de l'Instruction de se donner toutes les garanties scientifiques. Une option tout à fait légitime dans un contexte tendu où les rumeurs les plus absurdes circulaient depuis plusieurs jours. Nous avions d'ailleurs mis en garde sur ce phénomène dès le mercredi dans un article appelant à la retenue intitulé "Trop de rumeurs!"

Les deux hommes ont pris soin de confronter leurs constatations et ont rédigé à l'intention du Juge d'Instruction leur rapport. Ce lundi matin, après un échange entre l'Instruction et le Parquet, le communiqué a donc été publié et signé par Antonia Tamole, la Procureure de la République.
Il ne laisse aucune place au doute. "Les docteurs Bernard Paul et Pierre-Marie Bescond, experts près la Cour d'appel de Nouméa, qui ont réalisé le 20 mai 2016 l'autopsie de Malina Hamaivao, décédée le 15 mai 2016, ont conclu :
-au décès sur le mode accidentel par noyade de la jeune fille, la cause du décès étant l'asphyxie,
-à l'absence totale de traces externes de violences infligées par un tiers."


Une fin de soirée dramatique

Marina emporte avec elle les circonstances précises de ce qui est -sans doute aucun- un accident. Elle a très probablement glissé sur un rocher en voulant s'approcher de l'eau pour se baigner. Son corps a été retrouvé dans l'eau, un pied coincé entre deux rochers.

Marina avait été vue par le gardien du Terminal pétrolier à 6h00 du matin.  Un lieu de "fin de soirée" habituel chez les jeunes.
Elle se baignait en compagnie de deux amis avec lesquels elle avait passé sa soirée. Le petit groupe achevait là une soirée commencée par une répétition de danses pour le Festival de Guam. Plusieurs des danseurs avaient ensuite continué en boîte avant de se séparer. Seuls Marina et ses deux copains avaient décidé d'aller prendre un bain.

A 9h45 son corps est retrouvé par un employé de l'hôpital venu se promener là en attendant d'aller récupérer quelqu'un. Entre ces deux horaires, un "blanc" dans la chronologie des faits. L'autopsie a donc donné une partie -essentielle- de la réponse.
Revient en mémoire la phrase du chef de village de Te'esi -qui fait partie de la famille de Marina- l'halomalumalu Pulunone Lakalaka . Il s'exprimait deux jours après le drame. "En dépit de cette douleur et de l'incompréhension, il faut que nous fassions confiance au travail de la justice afin de savoir pourquoi et comment cette enfant a trouvé la mort."