Wallis et Futuna : les acteurs économiques du monde privé appellent à une manifestation pacifique contre la BWF

social
Une matinée "île morte" organisée à Wallis ce jeudi 10 février ©PASCAL NICOMETTE
Les représentants des employeurs et la CCIMA appellent à une manifestation pacifique, opération "île morte" jeudi 10 février dès 7h30 au fenuarama pour montrer leur sentiment d'insatisfaction à l'encontre de l'unique banque sur le territoire, la BWF. Selon les organisateurs, elle ne joue pas son rôle d'acteur économique.

La fédération patronale, la fédération du BTP et la chambre de commerce, d'industrie et des métiers de l'agriculture (CCIMA) appellent les entreprises, les patentés et particuliers de Wallis et Futuna à un rassemblement pacifique demain jeudi 10 février, dès 7h30 au fenuarama à Mata'utu. Une marche vers l'administration sera aussi au programme. Objectif : montrer leur sentiment d'insatisfaction à l'encontre de l'unique banque sur le territoire, la BWF. Selon les organisateurs, la BWF ne joue pas son rôle d'acteur économique tant à l'égard des entreprises que des particuliers. 

Pour rappel, mercredi 26 janvier, les employeurs ont adressé à la BWF et  BNP NC  un courrier de 11 points de revendications pour l'amélioration du service aux professionnels et la fin des procédures abusives. N'ayons pas eu de réponses favorables du directeur de la BWF selon les fédérations et la CCIMA, elles ont décidé alors de maintenir l'opération île morte. 

Nous voulons que les droits bancaires des patentés et des particuliers soient appliqués. Le droit d'avoir un compte, d'être informé en cas de fermeture de compte, d'avoir des tarifs corrects etc.. l'administration supérieure a un rôle dans la négociation des tarifs bancaires comme en Nouvelle Calédonie et en Polynésie , il faut aussi appliquer à Wallis et Futuna. Le territoire possède 14% des actions dans la BWF, qu'il prenne ses responsabilités pour que le service rendu aux wallisiens et futuniens soit correct.

Denis Ehrsam : Directeur de la CCIMA

Plusieurs employeurs du fenua ont déjà annoncé la fermeture de leurs entreprises ce jeudi 10 février. Ils appellent aussi les entreprises et particuliers de Futuna à s'associer à cette action. Ils demandent une médiation avec les autorités locales, les représentants de l'État et de la BNP afin d'améliorer la situation.