wallis & futuna
info locale

Stratégie numérique au ralenti à Wallis et Futuna

technologies
utilisatrice internet
Vivement le Haut-Débit pour Malekalita ! ©Wallis et Futuna 1ère.
La stratégie numérique souhaitée par l'Union européenne peine à se mettre en place. Plus d'un an après l'arrivée du câble numérique TuiSamoa, les débits déçoivent par rapport aux annonces.
Le raccordement de Wallis et Futuna au câble numérique Tu'i Samoa avait été accueilli en grande pompe fin 2017. C'est pour le territoire la promesse de services plus performants notamment au niveau de la télémédecine. Pour le consommateur lambda, c'est le gage d'une force de connexion internet décuplée et à moindre coût.

En 2019, le câble Tu'i Samoa est en pleine phase de déploiement. Le nombre d'abonnés augmente peu et les objectifs fixés par la cellule Europe prennent du retard. 
Un peu déçus, la plupart des utilisateurs d'internet sont de plus en plus sceptiques. Kalasi Peautau, un abonné de la poste avait applaudi l'arrivée du câble très haut débit. Aujourd'hui, il ne cache pas son mécontentement. Il paie un abonnement mensuel de 7000 francs pacifique pour une connexion qu'il juge indigne de ce qui a été promis. Kalasi Peautau dit :

"C'est juste un gros mensonge. Nous sommes très loin de parler d'internet digne de ce nom. Rien que pour surfer sur des moteurs de recherches, cela nous prend un temps fou alors je ne vois pas en quoi c'est du haut débit"

Objectifs en cours de réalisation


Les débits proposés par le SPT sont 10 fois en dessous des attentes. Parmi de multiples causes, il faut citer la vétusté du réseau de téléphonie filaire du Territoire. Pour cela, la stratégie numérique prévoit pour le déploiement de l'internet à haut débit un chantier de près de 900 millions de francs pacifique alors que l'ensemble de la stratégie représente près de 3.5 milliards.
C'est le coût du progrès. Le premier objectif de cette stratégie est de réduire la fracture numérique entre la métropole et Wallis et Futuna en rendant le haut débit plus accessible. Atonio Ilalio est le chef du SCOPPD (Service de la Coordination des Politiques Publiques et de Développement). Il explique : 

En fin de comptes l’objectif c’est que le très haut débit, que le petit gamin de Vaimalau ou l’entreprise, ou la DEC dans le cadre de leur enseignement par exemple puisse faire du numérique comme on peut le voir dans toutes les métropoles numérisées et câblées. C’est clair qu’un prix abordable c’est ce que pourrait avoir un Petit métropolitain et nous mêmes ici, d’avoir à la fois accès à cette nouvelle technologie avec des prix intéressants 

 

La connexion devrait prgressivement s'améliorer d'ici la fin de cette année 2019. Si la phase de déploiement ne rencontre pas de problème, que ce soit en 4g ou en filaire, tous les débits devraient augmenter. La priorité ira cependant aux "grands comptes", soit les services et notamment l'agence de santé.

Priorité à la santé et aux services

 

Inscrire Wallis et Futuna dans l'ère du numérique passe par des services connectés et donc plus performant. Un territoire connecté voit ses compétences multipliées et devient ainsi un véritable facilitateur de développement. Tout en développant son économie, le territoire raccordé au haut débit s'insert également dans la région. Falai Ta'ofifenua, adjointe au chef du SCOPPD explique : 

«  Parmi ces grands comptes on compte l’administration et ses services administratifs, l’assemblée territoriale et également les établissements scolaires ainsi que l’agence de santé. Ce qu’il reste à faire c’est le déploiement du câble vers ces zones là donc les grands comptes et puis les particuliers. Après il y aura aussi la 4g qui vient compléter la connexion au très haut débit »


La télémédecine compte parmi les promesses les plus ambitieuses du câble pour nos îles. C'est l'espoir aussi de réduire le coût des évasan (évacuations sanitaires d'urgence). Cela nécessite des investissements financiers lourds, tels que l'installation de la fibre optique. Cela rallonge le temps d'attente mais c'est pour la bonne cause, continue Fala'i Ta'ofifenua :

« Il faut raccorder 60% de la population cette année au très haut débit mais il y a la fibre optique et la 4g qui viennent compléter cette connexion au très haut débit »
 


Le raccordement coutera 540 millions de francs pacifique et sera entièrement pris en charge par l'Etat.

La stratégie numérique prévoit aussi d'équiper les établissements scolaires de matériel informatique. Des plus en plus de périphériques connectés sont proposés aux élèves comme supports éducatifs. De formidables outils qui aujourd'hui demeurent bridés par le débit internet.
Publicité