publicité

Vanuatu 2017 : 8 médailles et la 12ème place pour Wallis et Futuna, retour sur une expérience unique

Les dixièmes mini-jeux du Pacifique au Vanuatu ont mobilisé 65 personnes de notre délégation. Trente cinq athlètes ont défendu nos couleurs dans 6 disciplines. Ils rapportent moins de médailles qu’à Wallis et Futuna en 2013. Mais ils confirment la place privilégiée du sport dans nos îles.

  • Par Stéphanie Vili
  • Publié le , mis à jour le
Les dixièmes mini-jeux du Pacifique au Vanuatu sont terminés ! Le pays a accueilli plus de 22 nations à Port Vila du 04 au 15 décembre 2017.

Wallis et Futuna ont participé à cette aventure en y envoyant une délégation de 65 personnes. Trente cinq athlètes ont représenté nos îles dans 6 des 13 sports  inscrits au programme. Les disciplines disputées par nos athlètes sont : Le tennis de table, le rugby à 7, l’haltérophilie, le karaté, le beach volley et l’athlétisme.
Avec 8 médailles, Wallis et Futuna arrive en 12ème position du classement.
En 2013, le Territoire, alors hôte des mini-jeux du Pacifique était neuvième sur 22 pays avec 38 médailles.


Entre défaites et premières médailles : la première semaine à Port Vila


Arrivés à Port Vila samedi 02 décembre, les athlètes ont été logés dans une école privée à Fresh Water. Pour la plus grande partie de la délégation les compétitions ont commencé dès la première semaine, soit 4 disciplines sur les 6 présentées.

Le tennis de table a ouvert les compétitions disputées par nos sportifs. Ce lundi 4 décembre, le duo futunien Pascal Seuru et Setuli Masei jouent leurs premiers jeux du Pacifique. C’est également la première fois que le Territoire est représenté en tennis de table. Finalement, Pascal et Setuli arrivent avant derniers sur 7 participants. Les pongistes en retirent une leçon : il faut multiplier les compétitions hors du Territoire.

En rugby à 7, les rugbymen du fenua arrivent également avant derniers du tournoi. Ils sont neuvièmes après avoir battu les Tuvalu. L’entraîneur Liku Maituku est fier de ses joueurs. L’équipe s’est formée avec des joueurs qui viennent à la fois de Wallis et de Futuna. Le temps d’entraînement n’a pas été suffisant. Liku Maituku souhaite qu’il y ait plus de compétitions. Selon Liku, des moyens supplémentaires devraient être alloués pour que le rugby puisse se développer.

La prestation en kata de Charles Fakailo n’obtient pas de médaille. L’entraîneur de karaté futunien a été disqualifié pour avoir porté une chevalière lors de son kata.

Le futunien, Israël Kaikilekofe a été le premier à récolter des médailles. Il a  remporté une médaille d’or et deux d’argent en haltérophilie chez les moins de 85 kilos. Il a soulevé un total de 321 kilos, loin de son record : 330 kilos.  A 20 ans, Israël a été désigné champion de France junior d’haltérophilie en mai 2017. Il fait également partie du Top 10 européen d’haltérophilie, chez les moins de 85 kilos.



Une dernière semaine pleine de surprises

La deuxième et dernière semaine au Vanuatu a rapporté 5 médailles supplémentaires en athlétisme et décoré 4 athlètes.

Falemanu Aveuki gagne la 4ème médaille du fenua en javelot handisport.  Avec un jet à 39m87, le porte-drapeau de la délégation de Wallis et Futuna est médaillé de bronze.
Le résultat ne surprend pas, Falemanu était pressenti pour le podium après deux médailles d’or décrochées aux Océania d’athlétisme 2017.
En 2013, Les frères Tony et Osiasi Falelavaki ont rapporté deux médailles d’or et d’argent en javelot handisport. Tony Falelavaki a lancé jusqu’à 54m37, Osiasi en était à 37m17.

Selevasio Vala’o a obtenu une médaille d’argent en lancer de disque avec un jet à 48.84m. Selevasio remporte sa deuxième place au podium, une médaille  d’or au lancer de poids avec un lancé à 14m71. Sa prestation est loin de son record, qui s’élève à 17 mètres. Le jeune athlète de 19 ans a été trois fois champion de France au lancer de poids. Il était également pressenti pour la médaille. Lors des mini-jeux du Pacifique de 2013, Aukusitino Hoatau a été médaillé de bronze, avec un lancé de poids à 13m86.

Magoni Tauvale est le premier médaillé wallisien de saut à la perche. Avec un saut à 2m40, Magoni décroche le bronze. Le jeune athlète est venu de Métropole pour participer à ces Jeux. Il est très satisfait car le saut à la perche est encore méconnu dans nos îles. Selon lui, il va falloir tout apprendre depuis les bases de la discipline pour pouvoir s’améliorer.

Sililo Kivalu, réalise un tour de force. Médaillé de bronze en décathlon, il arrive aussi 5ème en saut à la perche malgré deux blessures.



En javelot, Unai Bustillo manque de peu le podium et figure à la cinquième place. La plupart des athlètes, encore novices sont arrivés parmi les derniers. Yann Vakatai Likuvalu est entraîneur, il retient avant tout une participation encourageante pour les prochaines compétitions.

En beach volley-ball, l’aventure s’est arrêtée en matches de poule. Les joueuses Nirvana Tufele et Melesete Tiale ont perdu malgré une victoire contre Tuvalu. Après un bon début chez les hommes en battant  Tuvalu, Paino Moleana et Louis Sekeme n'accèdent pas aux phases finales.
La prestation des beach-volleyeurs au Vanuatu rappelle celle de 2013. Le beach-volley est un sport encore très peu pratiqué à Wallis et à Futuna. Le volley-ball en salle reste de loin la discipline phare de nos îles avec plusieurs joueurs professionnels hors du Territoire.

Mission accomplie

La dernière partie de la délégation est arrivée à Wallis ce lundi 18 décembre. Un retour au fenua plein d’émotion pour ces 35 personnes : avec 8 médailles, l’objectif est atteint.
A l’aéroport de Hihifo, le président du CTOS Etuato Mulikihaamea et Christophe Combette le chef du service de la jeunesse et des sports sont émus. Pour Etuato Mulikihaamea, ces mini-jeux du Pacifique représentent un bon entraînement pour les Jeux du Pacifique 2019, aux Samoa.
Michel Brial, le chef de délégation respire enfin : « on peut dire que la mission est accomplie ! ». De ces deux semaines au Vanuatu, Michel Brial se félicite du comportement des athlètes dans l’ensemble.

Les sportifs du fenua réalisent de moins bons résultats par rapport à la moisson de 38 médailles en 2013. Mais leurs performances sont à retenir et sont de bon augure. Avec seulement 6 disciplines représentées et deux fois moins d’athlètes, nos sportifs ramènent autant de médailles d’or qu’en 2013. La plupart de nos médaillés ont moins de 20 ans, des talents à suivre et ce n’est que le début. Prochain rendez-vous aux Samoa, en 2019 !

Sur le même thème

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play