publicité

Une pétition pour l'amélioration de l'entretien des routes à Wallis

Depuis ce mercredi 10 janvier 2018, une pétition circule sur Wallis pour déplorer l'état des routes de l'île. Philippe Collin espère recueillir un maximum de signatures pour faire avancer les choses.

  • Mélodie Sione, Leone Vaitanoa
  • Publié le , mis à jour le

Depuis ce mercredi 10 janvier 2018, Philippe Collin sillonne les routes de Wallis avec une pétition. L'objectif est de recueillir un maximum de signatures pour l'amélioration de l'entretien des routes à Wallis. 

Pétition pour l'amélioration de l'entretien des routes à Wallis


Pas besoin d’argumenter pendant des heures, les usagers de la route s’empressent de signer la pétition. Slalomer pour éviter les nids de poules ou plutôt choisir le trou dans lequel on va tomber, est devenu le quotidien des usagers de la route à Wallis et Futuna 
"Je pense que c'st une très bonne initiative, parce que c'est une situation qui se pérennise. Ma voiture a 2 ans, ça fait déjà 2 fois que j'ai changé les roues. C'est vraiment un problème" confie Falani Maie, une automobiliste. 


Le problème hélas, ne date pas d’hier. Des plaques de goudron par ci par là, les nids de poule sont bouchés ... et rebouchés. 
"C'est une des priorités parmi tant d'autres, j'ai mal au coeur quand je vois qu'il y a le câble, alors que les routes sont en très mauvais état. Ca fait plus de 30 ans que ça dure" affirme Telesia Keletaona

Philippe Collin vit sur le territoire depuis plus de 25 ans. L'état du réseau routier ne l'a jamais inquiété. 
"Le peu de réparation qui a été fait en mettant des graviers dans les trous pour les reboucher, trous remplis d'eau, 24 heures plus tard, il n'y a plus de graviers. La situation est la même et c'est lamentable" déplore Philippe Collin.  

Il y a quelques jours, le professeur à la retraite a failli être le témoin d’un accident de deux roues impliquant un bébé ! Le scooter était tombé dans un nid de poule ! En début de semaine, Philippe Collin a déposé plainte contre le représentant de l’état sur le territoire.
"C'était donc la goutte qui a fait déborder le vase, j'ai pris conscience d'une situation, et je voulais surtout alerter les autorités, le préfet en priorité puisque j'ai eu à porter plainte à la gendarmerie contre l'autorité qui est responsable de la voirie, de manière à ce qui y ait une réaction" déclare encore Philippe Collin. 

La préfecture a été contactée mais n’a pas encore donné suite à notre demande d’interview. Philippe Collin quand à lui, a déjà obtenu en 24 heures, plus de 150 signatures. La pétition sera remise dans les prochains jours à l’administration supérieure et à l’assemblée territoriale. 

 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play