Barrages : le collectif veut organiser le passage des personnes prioritaires

social
Barrage de Sainte-Marie, à Capesterre-Belle-Eau
Barrage de Sainte-Marie, à Capesterre-Belle-Eau ©Eddy Golabkan
De nombreux barrages érigés en Guadeloupe sont tenus par des groupes d'individus divers. En renforçant leur mobilisation, les membres du Collectif d'organisations en lutte contre l'obligation vaccinale entendent mieux organiser les choses, notamment en faveur des urgences sanitaires.

Après les déclarations, en début de semaine, tant du président de la République, Emmanuel Macron, que du premier ministre, Jean Castex, du ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, mais aussi des élus Guadeloupéens, le Collectif d'organisations en lutte contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire a appelé à renforcer la mobilisation, dès ce mardi 23 novembre 2021.

Et on a pu constater, effectivement, ici et là, qu'il y avait davantage de syndicalistes sur les barrages, jusqu'ici essentiellement occupés par des groupes non organisés.
Certains nouveaux points de blocage de la chaussée ont vu le jour, comme celui de Dunoyer, au Gosier, tenu par l'UGTG et des riverains.

Barrage à Dunoyer Gosier
Un nouveau barrage à Dunoyer, Gosier ©Gessy Blanquet


Gaby Clavier, délégué syndical de l'UTS-UGTG (Union des travailleurs de la santé), était positionné à Sainte-Marie, à Capesterre-Belle-Eau, où il est possible de circuler, parfois après négociation avec les militants mobilisés sur place. Les automobilistes doivent donc prendre leur mal en patience et montrer patte blanche.

Selon le leader syndical, l'irrespect et le mépris témoignés aux salariés mobilisés sont la cause de tout ce désordre.

Ils ont passé des heures à discuter pour finalement dire : "on va vous convaincre à la vaccination (...) on a compris votre détresse (...) et si vous n'êtes pas d'accord, c'est le GIGN et le RAID" !

Gaby Clavier, délégué syndical de l'UTS-UGTG

Le Collectif d'organisations entend maintenir les barrages en place, tant qu'il n'y aura pas de négociation.
Pour autant, ses membres veulent aussi organiser les choses, afin que les personnes prioritaires puissent les franchir, sans encombre.

Il faut que les soignants passent. Il faut que les ambulances passent. Il faut que toutes les personnes qui ont des urgences médicales passent. Bien évidemment, les agriculteurs aussi, pour qu'ils puissent nourrir leurs animaux, s'occuper de leurs jardins et nourrir le peuple ! C'est ce qui est important.

Gaby Clavier, délégué syndical de l'UTS-UGTG

Une perspective qui va en soulager plus d'un, puisque ces derniers jours, de nombreux soignants et patients se plaignaient et mettaient en garde contre l'absence de continuité de soins, du fait des entraves à la circulation.

Gaby Clavier est au micro d'Eddy Golabkan et Christian Danquin :

Gaby Clavier, UTS-UGTG ©Eddy Golabkan et Christian Danquin - Guadeloupe La 1ère
Barrage de Sainte-Marie, à Capesterre-Belle-Eau
Barrage de Sainte-Marie, à Capesterre-Belle-Eau - 23/11/2021 ©Eddy Golabkan
Barrage de Sainte-Marie, à Capesterre-Belle-Eau
Barrage de Sainte-Marie, à Capesterre-Belle-Eau - 23/11/2021 ©Eddy Golabkan