Commémoration 27 mai : Sainte-Rose plante symboliquement le "Mahogany de la mémoire"

Le "Mahogany de la mémoire" planté à Sainte-Rose ce 27 mai 2024
Un Mahogany à petites feuilles a été planté symboliquement, ce lundi 27 mai, à proximité de la base nautique de Sainte-Rose. L’opération, menée par l’association Mahoganila de la Boucan, a été le point d’orgue d’une matinée consacrée à la commémoration de l‘abolition de l’esclavage. Un vrai moment d'échanges entre des représentants d'Afrique, d'Europe et de la Caraïbe.

La commune entretient en effet un rapport particulier avec l’histoire. Le 28 juin 1635, les 450 premiers colons français débarquent à la Pointe Allègre, le point de le plus septentrional de la Basse-Terre. Un débarquement qui annonce le début de la période esclavagiste.

La Pointe Allègre à Sainte-Rose

4 siècles plus tard, cette page d’histoire est certes tournée, mais le récit, lui, continue de s’écrire au fil des rencontres entre gens d’Afrique, d’Europe et de la Caraïbe.

Le Mahogany de la mémoire - 27 mai 2024

Pour marquer cette journée de commémoration, un arbre, un Mahogany à petites feuilles a été planté et une stèle inaugurée.

Adrien Baron, maire de Sainte-Rose ©Eric Stimpfling - Guadeloupe la 1ère

Pour participer à cet échange, la commune de Sainte Rose avait invité de nombreuses personnalités dont des représentants de la Côte d’Ivoire, comme le Professeur Aka Kouame, venu rechercher des traces des ivoiro-descendants.

Aka Kouame, professeur agrégé d'Histoire à l'Université d'Abidjan ©Eric Stimpfling - Guadeloupe la 1ère

Le mot « réparations » signifie beaucoup de chose. Cela veut dire restaurer la dignité de personnes qui en ont été victimes. Certains parlent d’argent, c’est important certes mais je crois que nous devrions plutôt créer un programme d’aide aux personnes en grande difficulté, un programme pour la santé mais aussi pour l’éducation.

Son Excellence Felix Gredoire, Ambassadeur de la Dominique auprès du CARICOM

Cet échange a pris, également, la forme d’une lettre d’intention pour un prochain jumelage entre Sainte-Rose et Champagney. C’est dans cette commune de Haute-Saône qu’a été créée, en 1971, la première maison de la négritude et des droits de l’homme. 

Marie-Claire Faivre, maire de Champagney (Haute-Saône) ©Eric Stimpfling - Guadeloupe la 1ère

Il aura fallu attendre le 27 mai 1848, il y a 176 ans, pour que tous deviennent enfin citoyens.