Eau : la commission d'enquête débute ses auditions dès ce lundi 7 mai

consommation
Eau
©E. Stimpfling

La commission d'enquête parlementaire sur l'eau est à pied d'oeuvre en Guadeloupe. Dernière étape de ses travaux sur la gestion de l'eau en France. Son rapport sera rendu public à la mi-juillet. Les députés ont commencé leurs entretiens ce matin. Ambiance et réactions. 

Pour cause de septaine obligatoire, c'est dans une petite salle d'un hôtel, au Gosier, qu'ils ont commencé leurs auditions... par visioconférence. Des auditions sous serment dans un format très particulier dû à la situation sanitaire.

La Présidente de la Commission d'enquête sur la mainmise de l'eau, Mathilde Panot (France Insoumise), et le rapporteur Olivier Serva (Député de Guadeloupe, LREM) ont entamé dès ce lundi 7 mai, et ce, durant une semaine, une série d'auditions en Guadeloupe dans le cadre de la commission d’enquête parlementaire relative à la mainmise sur la ressource en eau par les intérêts privés et ses conséquences.

Au cours de cette semaine d'enquête, plusieurs personnalités vont être auditionnées telles que l’ancien président du Siaeag, Amélius Hernandez, l'ancien directeur de cabinet de l’ex-président du Siaeag, Xavier Cordoval, les collectifs, les syndicats, les acteurs économiques, les industriels de l’énergie, les collectivités et plus généralement les acteurs de l’eau. 

Cette commission d’enquête permettra d'analyser la gestion de la Générale des eaux en Guadeloupe et des collectivités ayant la compétence eau durant des décennies, ayant manifestement conduit à un entretien défaillant du réseau et d’envisager les effets de l’accaparement de cette ressource essentielle au regard de l’intérêt général.

Ce lundi matin, ils ont notamment interrogés Amélius Hernandez, durant plus d'une heure. L'ancien président du Sieag a présenté sa version des faits tout en rejetant la faute sur la Générale des eaux et sur les autres élus locaux. 

A voir le reportage d'Eric Stimpfling

Un soulagement en demi-teinte pour les Guadeloupéens

Du côté des Guadeloupéens, c'est une réaction mi-figue mi-raisin. Cette commission d'enquête sur la mainmise de l'eau est reçue de manière assez positive à la Fédération des associations des usagers de l'eau de la Guadeloupe.

Harry Olivier, président de la Fédération des associations des usagers de l'eau de la Guadeloupe

Mais à Capesterre-Belle-Eau, du côté des habitants, c'est un autre son de cloche. Ils sont assez défaitistes quant à cette enquête. De l'eau, ils n'en reçoivent plus convenablement depuis des années.

On a reçu de l'eau ici depuis 1965 mais l'eau n'a jamais coulé convenablement.

Valérie Dolin Bertine, habitante de Capesterre-Belle-Eau

 

Cléaure Lasserre Bertine, habitante de Capesterre-Belle-Eau

Les auditions peuvent être visionnées sur le site de l'assemblée générale.