Naufrage d’août 2021 au large de Kourou : la Justice brésilienne libère le conducteur du bateau, 17 personnes restent introuvables

immigration
Naufrage au large de Kourou : une des victimes raconte son calvaire
La photo de la pirogue au départ à Oiapoque prise par l'un des passagers. ©ZAP Notícias AP
Le 11 mai 2022, le tribunal fédéral de l’Amapá a accordé la libération provisoire de l’homme aux commandes de l’embarcation clandestine qui a chaviré en août 2021. Un événement a l'origine de la disparition de 17 personnes et de la mort de trois autres. Les éléments justifiant sa détention provisoire manquent, selon sa défense.

Ce mercredi 11 mai 2022, près d’un an après le naufrage meurtrier du 28 août 2021, le tribunal fédéral de l’Amapá a accordé la libération provisoire de José Cláudio Leão Sardo, l’homme aux commandes de l’embarcation clandestine, rapporte le média local G1.

Sa défense aurait pointé du doigt le manque d’éléments qui auraient permis de le placer en détention provisoire le temps d’une éventuelle condamnation. Il doit, cependant, respecter des mesures de probation : interdiction de quitter Oiapoque, de maintenir le contact avec d’autres accusés impliqués et de pratiquer le transport illégal de personnes.

Quatre rescapés et trois corps retrouvés

Arrêté en septembre 2021, le capitaine de 39 ans transportait 24 personnes en direction de la Guyane… mais le bateau a chaviré à cause des fortes houles. Quatre personnes ont pu être secourues dans les heures suivant le drame. A ce jour, seuls trois corps ont été retrouvés. Les 17 autres sont introuvables.

La liste des passagers a été composée à partir des témoignages des familles. Selon leurs récits, les voyageurs venaient de Roraima, d’Amazonas, de Maranhão et de l’Amapá. Ils auraient payé ce que l’on appelle des "coyotes" au Brésil, soit des passeurs illégaux, pour s’offrir de meilleures conditions de vies en Guyane.

Par ailleurs, notez que trois autres personnes, en plus du conducteur, ont été impliquées en tant qu’accusés dans cette affaire. L’on ignore leur situation, notamment si elles sont libérées, ni quels crimes leur sont attribués. Enfin, sachez que les recherches pour retrouver les 17 victimes ont été suspendues depuis des mois.

Deux corps identifiés en décembre 2021

Pour rappel, l'une des survivante avait été retrouvée au large de Kourou, accrochée à une bouée de sauvetage. C'est cette première découverte qui avait permis aux autorités françaises de lancer l'alerte aux autorités brésiliennes.

Trois corps avaient ensuite été retrouvés côté français. Des échantillons génétiques avaient été envoyés à Paris. La police du Brésil avait ensuite annoncé l'identification de deux corps : celui un homme de 58 ans et celui d’un adolescent de 15 ans.