publicité

Six nouveaux judokas guyanais admis en pôle espoir

Cette année encore, de jeunes judokas guyanais s'envoleront vers l'hexagone pour tenter leur chance dans des pôles espoir nationaux. Ils sont au nombre de six à avoir été admis dans ces structures de formation sportive de haut-niveau.

Le jeunes judokas espoirs en partance pour l'hexagone © Ligue de Judo de Guyane
© Ligue de Judo de Guyane Le jeunes judokas espoirs en partance pour l'hexagone
  • Swann Vincent-Romney (Stagiaire)
  • Publié le
Depuis quelques années déjà, les jeunes judokas guyanais se font remarquer au plus haut niveau. Forts d'une formation exigeante et de qualité, de petits groupes de jeunes partent, chaque année, pour rejoindre l'élite de la formation française de judo dans des pôles espoir. Après le départ de Shirley Dort, Lucyana Lecante, ou encore Lénaïc Laborde en 2016, puis de Clarys CoetaMoesha Phaeton, Yorick Louis Joseph et Kendrick Sophie Panelle en 2017, la Ligue de Judo de Guyane a une nouvelle fois permis, en 2018, à un groupe de jeunes de partir s'accomplir dans des pôles espoir hexagonaux. Eric Emmanuel, chargé du suivi des dossiers d’accession en pôles espoir à la ligue de judo nous présente la nouvelle promotion :

Kevyn Jalta du CSAB a été admis au Pôle Espoir de Lormont, où il rejoindra son père qui réside dans la région. Il sera dans des conditions idéales pour progresser. Pour Leyna Laurent du CSAB, ce sera le Pôle Espoir de Brétigny où elle retrouvera Yorick Louis Joseph, déjà pensionnaire là-bas depuis l’an dernier. Les quatre autres candidats seront tous au Pôle Espoir d’Amiens.


En effet, Vladimir Claire (CSA Bonhomme), Doryne Simeon (CSA Bonhomme), Thimothé Mande (CSA Bonhomme) et Yannis Coco (AJC Matoury) rejoindront tous le département de la Somme, dans lequel ils retrouveront le judoka guyanais aguerri Daniel Golitin.

Des sacrifices et des résultats


Le jeune Kévyn Jalta, âgé de 15 ans, se remémore tous les sacrifices qu'il a dû faire pour arriver à son but et enfin intégrer le pôle espoir de Lormont :

Je suis content de pouvoir partir car c’est la première étape qui va me conduire vers mon rêve (les JO). J’ai fais beaucoup de sacrifices pour réussir à être admis en Pôle et je remercie pour cela tous les gens qui m’ont aidé durant mon parcours en Guyane. Je vais travailler dur et tout faire pour qu’ils soient fiers de moi.


Leyna Laurent, 15 ans également, n'a que trois années de pratique dans le judo et pourtant, son talent lui aura permis de se hisser parmis les meilleures de sa catégorie. Elle espère que son aîné, Yorick Louis Joseph, lui apportera son aide précieuse au pôle espoir de Brétigny :

Ce départ représente beaucoup pour moi, l’opportunité de faire de belles choses dans le judo. Je n’ai que trois ans de judo et peu d’expérience, mais mes qualités vont me permettre de m’adapter je l’espère assez rapidement. Je vais retrouver Yorick Louis Joseph à Brétigny-Sur-Orge, ça va faciliter mon intégration.


Thimothé Mandé, l'un des judokas les plus âgés de cette cuvée 2018 (Thimothé a 17 ans) fait partie de ceux qui iront au pôle espoir de Amiens. Il a été marqué par une blessure l'année dernière qui l'a empêché de partir justement en pôle espoir. Il sait qu'il aura un "rôle de grand frère" avec ses camarades en partance, comme lui, à Amiens :

Je suis fier, d’autant plus que j’aurais du partir l’an dernier et que j’ai dû renoncer à cause d’une blessure. Cette année ça va être plus compliqué parce que je vais arriver là-bas en Juniors, mais je vais m’accrocher pour atteindre mes objectifs. Je serais le plus âgé, j’aurai un rôle de grand frère pour le groupe.


Le début d'une belle épopée pour un groupe forcément soudé qui devra faire ses preuve une fois lancé dans le grand bain. Ces jeunes sportifs guyanais seront assurément des pépites à suivre d'ici quelques années dans le monde du judo.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play