publicité

L'hélicoptère de la sécurité civile du Jura, bientôt transféré en Martinique

Un hélicoptère de la sécurité civile en provenance du Jura (dans l’est de l’Hexagone) sera bientôt affecté temporairement chez nous, afin d’assurer la permanence des secours, en attendant la réparation du "Dragon 972".

Dragon 25 est l’hélicoptère de la sécurité civile. Il rayonne sur toute la région Bourgogne-Franche-Comté. © Progrès /Andrée Lecoultre
© Progrès /Andrée Lecoultre Dragon 25 est l’hélicoptère de la sécurité civile. Il rayonne sur toute la région Bourgogne-Franche-Comté.
  • Par Guy Etienne
  • Publié le , mis à jour le
L’engin qui doit prendre le bateau dans quelques jours, est attendu à Fort-de-France d’ici au début du mois d’août 2019, après trois semaines de traversée en mer.

L’appareil baptisé "Dragon 25" basé à Besançon (dans le département du Doubs), devrait remplacer provisoirement notre "Dragon 972" (endommagé lors d’une opération de sauvetage entre Schœlcher et Case-Pilote le 3 avril dernier). Ce dernier est actuellement en réparation dans l’hexagone.
 

Un hélico qui fait polémique


Il faut rappeler que cette défection momentanée a déjà soulevé beaucoup de tensions entre notre territoire et la Guyane, dont l’hélico avait été sollicité temporairement, car des élus politiques de Cayenne sont montés au créneau.
Le député de la 2e circonscription, (Lénaïck Adam) avait écrit à Christophe Castarner, ministre de l’intérieur, pour lui exprimer sa désapprobation, par rapport à l’utilisation quasi quotidienne de leur appareil, notamment dans les zones enclavées.
Le président de la Collectivité Territoriale de Guyane n’y était pas favorable non plus, Rodolphe Alexandre, qui avait saisi lui aussi, le Ministère.Face à ce refus, Christophe Castaner a dû arbitrer, en invitant la Guadeloupe et la Martinique à se partager le "Dragon 971" de l’île sœur, une décision critiquée par le député Martiniquais Jean-Philippe Nilor. Il a réclamé par écrit au Ministre "l’affectation immédiate en Martinique d’un nouvel hélicoptère, au nom de la solidarité nationale".

En attendant que le "Dragon 972" revienne à la maison, en cas de grosse urgence, c’est logiquement le CROSSAG (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage aux Antilles-Guyane), qui doit assurer les interventions en mer, et les pompiers du SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours) en ce qui concerne les moyens terrestres.
L'hélicoptère de la gendarmerie est lui aussi opérationnel.


 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play