martinique
info locale

Invasion du poisson-lion : la solution est-elle dans nos assiettes ?

environnement
Rascasse ou poisson-lion
Le poisson-lion sème la terreur dans les eaux de la Caraïbe et fait peur à cause de ses épines. Photo HANS via Pixabay CCO
Au cours du septième sommet de l’AEC qui s’est déroulé samedi dernier à Cuba  les pays de la Caraïbe se sont préoccupés de l’invasion du poisson-lion dans les eaux de la région. Pour éradiquer ce phénomène, la meilleure solution : les déguster.
Samedi dernier (04 juin 2016) le septième sommet de l'AEC (Association des États de la Caraïbe) réuni à la Havane à Cuba, s'est penché sur le problème de  l'invasion du poisson-lion depuis plus de quinze ans dans les eaux maritimes de la Caraïbe, perturbant son écosystème.

De l’aquarium à l’Océan

Appelé "pterois" sous son nom scientifique, mais aussi connu sous le nom de "rascasse volante", le poisson-lion de couleur orange, marron et noir, couvert d'épines vénéneuses provient du bassin Indopacifique. On prétend que son arrivée dans la région aurait été provoquée par la destruction d'un aquarium de Floride, en 1992, pendant l'ouragan Andrew. Mais cela reste à prouver.

En tous cas, l'espèce a d’abord été repérée en 2000 près des côtes du Venezuela puis en 2007 à  Cuba, et sa population a véritablement explosé dans le reste de la Caraïbe. On repère le poisson-lion en 2010 en Guadeloupe et Martinique.

Vénéneuse mais aussi  délicieuse

Le poisson-lion fait peur à cause de ses épines qui lui donnent la faculté de tuer toutes les autres espèces de poisson, jusqu'au requin. Mais pas les humains. Et les hommes peuvent s’en délecter car très riche en protéine. Ce poisson est très bon même cru. C'est pourquoi les Japonais les dégustent depuis longtemps en sushi pour leur chair blanche caractéristique.

 A la Havane, donc, on a préconisé aux habitants de la Caraïbe de consommer du poisson-lion en abondance pour faire reculer cette colonisation indésirable. Donc manger pour contrôler. Mission plutôt difficile à Cuba selon ce que déclare un restaurateur de la Havane : "Nous essayons de le mettre dans notre carte, mais comme c'est un poisson que tout le monde associe avec le poison, il est parfois difficile de convaincre les clients".

A toutes les sauces

Aux Antilles Françaises, consommer le poisson-lion est déjà une réalité. En Martinique et en Guadeloupe des restaurants le proposent avec succès dans leur menu. Grâce sans doute à l’action menées par la DEAL (Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), pour  faire connaître ce poisson auprès des usagers de la mer et prévenir les accidents. Il se consomme à toutes les sauces et sa chair est comparable à celle du mérou.

Contre le cancer

Et demain peut-être grâce à la médecine cubaine on verra vraiment le poisson-lion d’un autre œil puisque les scientifiques de l'Université de La Havane sont déjà en train d'étudier les propriétés toxicologiques de ce poisson pour lutter contre le cancer.

En Guadeloupe: recette du poisson-lion grillé au feu de bois.

 

Petite plongée dans les eaux cubaines en compagnie du poisson-lion

 

Publicité