L’incinérateur de déchets de Fort-de-France tourne à plein régime... à cause de la grève au SMTVD

environnement
Déchets / usine
Traitement de déchets en usine (image d'illustration). ©Brigitte Brault
Depuis plus de 10 jours de grève dans les déchetteries et les centres d’enfouissement du nord et du sud, c’est l’usine d’incinération de Dillon qui traite les ordures ménagères de toute l’île. Les responsables de cette plateforme redoutent la saturation.

Les négociations piétinent encore entre les administrateurs du SMTVD et l'USAM, après plus de 10 jours de conflit. Le syndicat réclame toujours à la direction le respect du protocole signé en octobre 2020, notamment le plan de titularisation de plusieurs anciens agents.

Pendant ce temps, l’activité des 13 déchetteries de l’île est fortement impactée, idem pour les centres de traitement du Robert et de Sainte-Luce. Seul le site Fort-de-France est encore opérationnel.

Conséquences, l’usine de Dillon mise en service en juillet 2002, accueille l’ensemble des déchets ménagers du territoire.

Risque de saturation

 

C'est dans ce contexte que l’unité tourne à plein régime en ce moment. Mais les responsables du site veillent toutefois à ne pas dépasser les capacités techniques de l’outil, déjà à 120% de l'activité habituelle.

L'objectif est d’éviter la saturation, voire des casses. La structure d’incinération peut traiter jusqu’à 330 tonnes de déchets maximum par jour.

(Re)voir le reportage de Delphine Bez et Patrick-Jean Guittaud.