Les transporteurs satisfaits de leurs échanges à la CTM, attendent une plus grande implication des élus

consommation
CTM/Transporteurs
Les syndicats de transporteurs reçus ce vendredi 15 octobre 2021 à la CTM ©Th Maisonneuve
Une rencontre entre les syndicats de transporteurs et le Président du Conseil Exécutif Serge Letchimy s'est tenue à l'hôtel de la CTM à Plateau-Roy ce vendredi 15 octobre 2021. Les deux parties sont sorties satisfaites de leurs échanges et vont continuer à travailler.

Les syndicats ont fait ce vendredi 15 octobre 2021, deux pas en direction de la fin de leur mobilisation entamée depuis le mardi 12 octobre 2021. Désormais les accès sont libres pour accéder à la Sara et à Martinique gaz.

À l'issue de leur rencontre avec Serge Letchimy, le Président du Conseil Exécutif, ils se sont déclarés satisfaits des échanges. Les deux parties souhaite continuer à travailler pour la stabilisation des prix des produits pétroliers. 

Voir les interviews de Raphaël Bordelais, le président du syndicat des transporteurs de matières dangereuses de Martinique et de Serge Letchimy, le Président du Conseil Exécutif. Ils répondent à Sangha Fagour et Thierry Maisonneuve. 

Rencontre Transporteurs-CTM ©Martinique la 1ère

Une première victoire ? 


Un chèque énergie exceptionnelle de 100 euros sera versé à 50 000 foyers éligibles en décembre prochain. Une aide, ponctuelle, qui correspond à une enveloppe totale de 5 millions d'euros. 

Cependant, cette "victoire" ne résout pas le problème des prix des produits pétroliers qui poursuivent leur forte progression à la hausse. La CTM s'est engagée à poursuivre ses discussions et travaux avec l’État concernant les autres revendications.

 

Un groupe de travail "Energie" est d’ores et déjà en place entre l’Etat et la CTM. Le travail de collaboration et de co-construction avec les syndicats des transporteurs se poursuit.

CTM

 

L'institution souhaite la pérennisation de la revalorisation ponctuelle du chèque énergie-gaz. Mais également l’extension du mécanisme de bouclier et de blocage des prix du gaz à la Martinique.
Et enfin, la mise en place de mécanismes tarifaires sur les marges et les amortissements des producteurs pour limiter au maximum l’impact financier sur les familles.