publicité

Le Prêcheur est prêt à évacuer les habitants en cas de danger

Les riverains des quartiers des Abymes, cité Raymond Pohie et cité Coquette, situés non loin de la rivière sont en première ligne en cas d'intensification du phénomène de "Lahar" observé ces derniers jours. Ainsi une procédure a été mise en place afin de protéger la population.

Le pont du Prêcheur après coulées de boues du lundi 8 janvier 2018 © L. François et J.E Emile
© L. François et J.E Emile Le pont du Prêcheur après coulées de boues du lundi 8 janvier 2018
  • Par Peggy Pinel-Fereol
  • Publié le , mis à jour le
Certains habitants le disent clairement, le phénomène de "Lahar" qui se produit depuis la semaine dernière ne les effraie pas plus que de coutume. Ils se disent même "habitués" à ces manifestations de la nature. D'autres, mais également les autorités, la municipalité et l'État, prennent la chose très au sérieux.

Une procédure a été mise en place


Face à un phénomène de "Lahar" trop important et qui mettrait en danger la population, les riverains des quartiers des Abymes, cité Raymond Pohie et cité Coquette soit environ 150 à 200 personnes pourraient être évacués.

Ainsi en cas d'alerte, "les habitants du quartier des Abymes doivent se diriger vers le nord près la chambre froide à 400 mètres du Mélody" précise Marcellin Bertrand, directeur de cabinet du maire du Prêcheur. Quant aux habitants des deux autres quartiers côté bourg, leur point de rencontre se situe près du presbytère non loin de l'église et de la mairie.

Par ailleurs, depuis mardi soir (9 janvier), une équipe de secouristes est présente dans la commune en renfort. Suite au survol de la zone mercredi matin (10 janvier) par les responsables de l'observatoire et de l'État qui a permis de voir que le système d'alerte était endommagé, l'équipe est passée de 4 à 6 pompiers.
En effet, deux pompiers sont placés chez la famille Delors qui habite non loin de la montagne afin de renforcer la surveillance et donner l'alerte en cas d'éboulement ou de nouveau départ de "Lahar". Deux autres sont à la bibliothèque où se trouve la sirène que l'on doit actionner en cas de danger. Et enfin les deux derniers au quartier Abymes afin d'aider à diriger les personnes en cas d'évacuation.

Le phénomène devrait se poursuivre durant les prochains jours, mais peut surtout s'intensifier et mettre en danger les riverains de la zone.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play