publicité

Un tiers des électeurs n’ont pas voté en 2017 en Martinique

L'Insee analyse l'abstention des électeurs de Martinique après la présidentielle et les législatives du premier semestre 2017. Les retraités, les ouvriers et les personnes sans activité professionnelle s’abstiennent plus souvent que les professions intermédiaires ou les cadres.

Bureau de vote à Rivière-Salée (10 juin 2017) © Peggy Pinel-Fereol
© Peggy Pinel-Fereol Bureau de vote à Rivière-Salée (10 juin 2017)
  • Martinique 1ère
  • Publié le
En 2017, 87 % des individus en âge de voter sont inscrits sur les listes électorales de Martinique pour la présidentielle et les législatives, soit un taux inférieur à la moyenne nationale (89,4 %). Seuls 64,4 % des inscrits ont participé au moins une fois aux élections, soit 22 points de moins qu’en France et en Corse. La mobilisation a été plus importante pour la présidentielle que pour les législatives.

Les hommes votent moins que les femmes 


L'année 2017 a été marquée par deux phénomènes sur l'île. D’une part, lors de la primaire de gauche pour la présidentielle, les électeurs ont choisi un candidat différent (Manuel Valls), de celui retenu à l’échelle nationale (Benoît Hamon). D’autre part, 53 candidats se sont présentés au premier tour des législatives. Ces particularités ont peut-être amplifié le désintérêt des électeurs et l’abstention, comme à l’accoutumée, a été plus importante que dans l’Hexagone (35,6 % en Martinique, 13,4 % en France).

La désaffection pour les échéances électorales augmente avec la précarité


En Martinique, les hommes votent moins souvent que les femmes (huit points d’écart), alors qu’au niveau national, leur participation est quasiment identique. En revanche, comme au niveau national, les plus jeunes et les plus âgés, ainsi que les retraités, les ouvriers, les personnes sans activité professionnelle et les personnes seules, sont ceux qui participent le moins souvent aux élections. L’abstention systématique chez les inscrits de 25 ans ou plus, ayant au moins le bac est de 21,2 % contre 38,1 % pour ceux ayant un niveau de diplôme inférieur.

Cette désaffection pour les échéances électorales augmente avec la précarité. Elle est particulièrement visible pour l'élection présidentielle où l’écart entre la participation des électeurs de niveau de vie modeste et les plus aisés est de quatorze points. Les retraités, les ouvriers et les personnes sans activité professionnelle, s’abstiennent plus souvent que les professions intermédiaires ou les cadres...comme au niveau national. 

Voir l'analyse complète de l'Insee

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play