Après un mois de coupure numérique à Tonga, le câble sous-marin s’avère plus abîmé que prévu

océan pacifique
Navire Reliance réparateur de câble
Navire "Reliance", réparateur de câble sous-marin, image d'illustration. ©Marjan Stropnik / MarineTraffic
Suite à l'éruption volcanique et au tsunami qui ont secoué Tonga à la mi-janvier, le câble sous-marin reliant le royaume à Fidji a été déchiré sur un tronçon de 80 kilomètres, selon la société chargée des réparations. Voilà qui complique les efforts pour reconnecter le pays, après un mois de coupure numérique.

Un navire de réparation a localisé les extrémités sectionnées du câble de 840 kilomètres qui reliait Tonga à Fidji. C’est le directeur général de Tonga Cable Ltd, James Panuve, qui l’a déclaré, mardi 15 février. Soit un mois après l’éruption volcanique qui l’a coupé.

Jusqu'à 2 500 mètres de profondeur

Le bateau a constaté qu'il ne s'agit pas d'une coupure nette. Mais d'une déchirure sur 80 kilomètres de câble, en de nombreux morceaux. "Il est évident que l'éruption, les ondes de choc et le tsunami ont causé de gros dégâts sous l'eau", a réagi James Panuve. Après avoir affronté le mauvais temps la semaine dernière, le navire de réparation tente désormais de récupérer des sections de câble, dans des eaux pouvant atteindre 2,5 kilomètres de profondeur.

Morceau déplacé, enfoui ou perdu

Selon ces explications, une section a été déplacée de cinq kilomètres, une autre est enfouie sous trente centimètres de vase, et un morceau de câble de plus de 55 kilomètres de long est toujours perdu au fond de la mer. Le navire le recherche dans l'espoir qu'il soit encore utilisable. Malgré les difficultés, James Panuve se montre optimiste quant à la possibilité, pour Tonga Cable, d'atteindre son objectif de réparation de la liaison numérique d'ici le 20 février. Des plans sont en cours pour créer un "mini-système" afin de combler l'écart de 80 kilomètres, a-t-il précisé.

Complication

Rappelons que l'éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai a généré un tsunami et recouvert le pays de cendres toxiques, tuant trois personnes. Or, les opérations de secours ont été compliquées par la difficulté à communiquer, les liaisons satellites de secours fournissant une large bande inégale.

La pandémie en plus

Rappelons aussi qu’en plus des dégâts causés par cette double catastrophe naturelle, les Tongiens font désormais face à la pandémie de Covid-19, après être longtemps préservés. L'île principale de Tongatapu et celle de Vava'u sont confinées, les autorités sanitaires faisant état mardi d'un total de 139 cas dans le pays. L'aide humanitaire internationale, elle, continue d'arriver. Cette semaine, deux navires de la marine chinoise ont livré environ 1 400 tonnes de fournitures, dont 500 maisons préfabriquées.