Au coeur de la récolte des letchis

consommation
61abfb4cbd758_262978820-192682052984327-8267456590973564849-n.jpg
Grappes de letchis au Mont-Dore ©Louis Perin
Les petites boules rouges et sucrées font le bonheur des Calédoniens en cette fin d'année. Nos équipes sont allées suivre les récoltes de letchis à Houaïlou et au Mont-Dore.

C’est le fruit emblématique de la fin de l’année et du début de l'été. On les aperçoit partout sur les bords de route. Les letchis bien mûrs débordent des étals. Tour d’horizon de la production à Houaïlou et au Mont-Dore.

 

40 tonnes attendues cette année à Houaïlou


Pas de fête du letchi cette année à Houaïlou pour cause de crise sanitaire. Les producteurs de la commune s’organisent pour vendre le fruit sur le bord de route, ou en grosse quantité chez les grossistes de Nouméa.

Dans ce verger de Do Neva, la production est moyenne. Mais assez pour fournir les commerces bio de Nouméa qui en attendent 500 kilos.
La récolte se fait par grappes. Puis c’est une équipe de saisonniers, qui se charge du triage des fruits avant de les mettre dans les cartons.
"On jette ceux qui sont cassés, qui ont été mangés par les oiseaux, ce qui sont petits, où il y a des taches… et on prend ceux qui sont jolis" confie Cécile Kananou.

61ac00c1018d2_letchis-houailou-poigoune.jpg
Letchis à Houaïlou ©Marguerite Poigoune


La production commercialisable est estimée à 40 tonnes cette année sur Houaïlou.
Pas de fête du letchi prévue cette année à Houaïlou à cause de la crise sanitaire. Mais les producteurs s’organisent pour écouler le petit fruit rouge.
L’association Arbofruit intervient également pour les accompagner dans la vente du produit. Pour écouler un fruit de qualité, il faut choisir le bon moment pour la commercialisation. " Il ne faut pas oublier que le letchi, dès qu’il commence à rentrer en maturité, il lui faut entre une à deux semaines avant qu’il ne se dégrade" explique Emerick Clavel, technicien à Arbofruit. "Donc la difficulté est de pouvoir commercialiser le maximum de production en un temps record. La saison, la récolte, elle dure un mois, mais la bonne qualité de letchi ne dure que deux à trois semaines".
Après ces deux à trois semaines, le fruit n’est plus commercialisable.
Tout savoir sur les letchis avec Emerick Clavel, technicien à Arbofruit, au micro de Marguerite Poigoune. 

Letchis Houaïlou itw Clavel

Le reportage de Marguerite Poigoune 

©nouvellecaledonie

Récolte en famille au Mont-Dore


Des grappes entières de letchis triés et récoltés à la main. Un rendez-vous annuel incontournable pour la famille Aramoto, productrice au Mont-Dore. Alors cousins, frères, sœurs, tout le monde met la main à la pâte. L’entraide est nécessaire pour réussir à traiter tous les fruits en peu de temps.
La récolte est plutôt bonne cette année. Dans cette parcelle, les 300 pieds débordent. Et à 1000 francs CFP la poche, la rente de la production permet de régler quelques factures et de passer sereinement les fêtes de Noël :
"Depuis mardi, on a fait pas moins de 600 kilos déjà. C’est l’assurance pour les fêtes de fin d’année" explique en riant Fabrice Aramoto. 

61abfd2b34029_262827247-703682667686407-7967052950187146168-n.jpg
Les grappes de letchis récupérées dans l'arbre au Mont-Dore ©Louis Perin


En tout, c’est une vingtaine de personnes qui travaillent en relais sur ce terrain depuis deux semaines. Les plus agiles s’affairent à la cueillette :
" Je vais monter, je vais casser les branches, je vais mettre dans mon sac, et après je prends une corde pour descendre pour ne pas casser les letchis" explique cette jeune fille.
Les plus méthodiques, eux, s’occupent de la mise en poche.
La production a atteint un pic cette semaine. Alors amateur de letchis, dépêchez-vous. Les pochons en vente en bord de route ne seront pas là éternellement.
Le reportage de Louis Perin 

Reportage cueillette letchis au Mont-Dore

 

61abfbf62536b_262812338-444522057177663-3834334067326203636-n.jpg
Les letchis mis en poche au Mont-Dore ©Louis Perin