publicité

Pour Calédonie Ensemble, ne pas dialoguer «serait faire prendre des risques immenses à la paix civile»

Calédonie Ensemble estime rester fidèle à l’esprit et à la lettre des objectifs assignés à la plate-forme non indépendantiste il y a un an. Ce qu'a fait savoir le parti de Philippe Gomès, réagissant pour la première fois à la rupture décidée par le Rassemblement, le MPC et Tous Calédoniens.

© NC la 1ère / Sheïma Riahi
© NC la 1ère / Sheïma Riahi
  • Par Françoise Tromeur
  • Publié le , mis à jour le
«Derrière cette petite stratégie politicienne, il y a un risque majeur pour notre pays, celui de fragiliser la paix civile au lendemain d’une consultation référendaire qui aura été clivante et qui aura conduit à un affrontement haineux et brutal entre Calédoniens.» La déclaration, qui date de ce lundi matin, est signée du député Philippe Gomès. Autre morceau choisi: «Nous ne sommes pas - contrairement à d’autres - comme une noix de coco qui avance en fonction du vent et des vagues.»

Première réaction

Calédonie Ensemble n’avait pas encore réagi officiellement suite à l’explosion de la plate-forme non indépendantiste créée l’an dernier dans le contexte des législatives, et aux petites phrases assassines prononcées dans ce contexte. Il l’a fait ce matin lors d’une conférence de presse.

«Tétanisés dans la perspective des provinciales»

«Nous, nous sommes dans une logique totalement différente», a soutenu le leader de CE. «Eux, ils sont tétanisés dans la perspective des provinciales. Ils ont peur de perdre leurs voix, de perdre leurs troupes, dès lors qu’ils dialoguent avec les indépendantistes. Nous, on considère qu’on peut dialoguer avec les indépendantistes, que les Calédoniens sont suffisamment matures pour savoir qu’on est obligés, dans notre pays, de se parler, entre indépendantistes et non indépendantistes, si on veut maintenir le vivre-ensemble et la paix. »
Ecoutez ses propos recueillis par Angélique Souche.
«Un risque majeur»

A propos du groupe de dialogue

Il y a un an, le 15 juin 2017, Pierre Frogier, Gaël Yanno et Philippe Gomès s’engageaient pour «un dialogue approfondi avec les indépendantistes». C’est justement la finalité du G10, martèle Philippe Gomès qui dénonce le procès fait au groupe de dialogue. Pour Calédonie Ensemble, aucune négociation sur l’avenir institutionnel n’est engagée au sein de cette structure.

Un sujet à retrouver au JT de 19h30. Philippe Gomès sera par ailleurs l'invité de la matinale radio, ce mardi. 


Sur le même thème

  • politique

    Le prochain gouvernement sera élu le 13 juin

    Le calendrier politique se précise pour la suite de la séquence, intense, consécutive aux élections provinciales : les membres du seizième gouvernement de la Nouvelle-Calédonie seront désignés par le Congrès le jeudi 13 juin. 

  • politique

    Démission collective au Rassemblement démocratique océanien

    Le RDO dans la tourmente, après les élections provinciales en Nouvelle-Calédonie et le rapprochement de vendredi 24 mai entre le FLNKS et l’Eveil océanien ? Deux cadres et plusieurs militants de cette composante du front indépendantiste ont en tout cas claqué la porte mardi soir. 

  • politique

    L’Avenir en confiance prône le consensus au gouvernement

    L’Avenir en confiance prend acte de la nouvelle donne politique au sein du Congrès de la Nouvelle-Calédonie. Dans un communiqué, le parti loyaliste appelle le FLNKS et l’Eveil océanien à travailler avec lui au sein du gouvernement pour relancer l’économie calédonienne. 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play