Ce que l’on sait de la mort de l’agent Enercal victime d’une explosion à la centrale de Doniambo

faits divers
SLN Vue Doniambo
©Nicolas Fasquel

Un jet de vapeur à très haute température est à l’origine du décès accidentel de l’agent Enercal, survenu lundi, en début d’après-midi. Elle a été victime d’une explosion aux alentours de 8 heures.

L’enquête ne fait que débuter, après la mort d’une agent Enercal en début d’après-midi, lundi 10 mai. Victime d’une explosion à la centrale de Doniambo aux alentours de 8 heures du matin, elle a succombé à ses graves blessures. NC la 1ère fait le point sur ce drame.

  • Qui est la victime ?

Il s'agit d'une mère de famille, agent Enercal en charge de la maintenance sur le site industriel de Doniambo. "Elle terminait une ronde habituelle", a précisé lundi Jean-Gabriel Faget, directeur général d’Enercal, lors d'une conférence de presse. 

  • Que s’est-il passé au moment du drame ? 

Alors que l’agent terminait sa ronde aux alentours de 8 heures du matin ce lundi 10 mai, "elle a été victime d’une explosion, dont la cause n’est pas encore connue", assure le directeur général d’Enercal. "Une montée en pression brutale de la chambre a été contenue par la ceinture anti-explosion, mais un jet de vapeur s’est produit. Il a malheureusement impacté notre agent, qui circulait à proximité, détaille-t-il. C’est une vapeur sous très haute pression, à très haute température. Elle a immédiatement été prise en charge par ses collègues et très rapidement par les pompiers, avant d’être conduite au Médipôle."  

  • Quelles sont les causes de cet accident ? 

Pour l’heure, impossible de connaître les causes de cet accident industriel, assure la direction. Un plan d’opération interne a été déclenché "et toutes les mesures ont été prises dès que l’accident est survenu, du côté de la SLN et d’Enercal", précise Jean-Gabriel Faget.

Les installations ont été mises en sécurité et nous allons procéder dès maintenant à toutes les investigations, pour identifier les causes de ce drame.

Jean-Gabriel Faget

 

Un drame "exceptionnel", selon la direction, "dans un contexte de maintenance préventive classique et de redémarrage d’une tranche de production, après une maintenance annuelle ordinaire". Selon le directeur d’Enercal, "l’incident a été contenu et aucune projection autre n’a été observée. La tranche (numéro 1 de la centrale B) qui a subi cette avarie est à l’arrêt". Le reste de la centrale fonctionne en revanche normalement. 

  • Quel dispositif a été mis en place ? 

Le personnel de la centrale, qui a "instantanément porté secours à la victime" a été pris en charge. Une cellule psychologique a été mise en place.

Le reportage de Sylvie Hmeun, Claude Lindor et Bernard Lassauce: