Comment la Nouvelle-Zélande gère les alertes Covid ?

océan pacifique
Auckland CBD
La city d'Auckland. ©Francisco Anzola

Le gouvernement calédonien réfléchit à la mise en place d’un système d’alerte qui s'inspirerait de celui de la Nouvelle-Zélande où, depuis l'an dernier, quatre niveaux permettent le déclenchement immédiat de mesures de protection en fonction de l’évolution du risque Covid. 

Thierry Santa l’évoquait déjà samedi lors de l’annonce de la prolongation d’une semaine du confinement : « Nous devons tirer les enseignements de ces dernières semaines et nous adapter, encore, pour répondre, plus vite, plus efficacement et plus précisément, à la prochaine alerte, car il y en aura d’autres » indiquait le président du gouvernement.
Lors du point presse de ce lundi, le porte-parole du gouvernement, Christopher Gygès, confirmait que l’exécutif réfléchissait notamment à s’inspirer du modèle néo-zélandais où des séries d’alertes permettent à la population de réagir vite et de manière adaptée.

Alerte 1, rester prêt

En alerte 1, lorsque l’épidémie est jugée  « sous contrôle », les Néo-Zélandais sont invités à rester préparés. Les déplacements, les rassemblements sont autorisés et il est simplement demandé de continuer à appliquer les gestes barrières comme le lavage régulier des mains, de rester chez soi en cas de symptôme et de noter les lieux où l’on se rend pour faciliter le traçage des cas en cas de besoin.

Alerte 2, les premières restrictions

Lorsque malgré ces précautions, des clusters sont identifiés dans plus d’une région, la Nouvelle-Zélande bascule en alerte 2. Les rassemblements sont alors limités à cent personnes, les règles de distanciation physique à nouveau applicables que ce soit à l’école, au travail, dans les commerces ou les lieux de loisirs - qui restent toutefois ouverts – et le port du masque devient obligatoire dans les transports publics et sur les vols domestiques.

Alerte 3, des mesures plus strictes

Le passage en alerte 3 se fait lorsque plusieurs clusters sont identifiés dans plusieurs régions. Les Néo-Zélandais doivent alors rester à la maison ou du moins dans une bulle personnelle c’est-à-dire avoir des contacts très limités avec les mêmes personnes. Cela permet par exemple de rendre visite à des proches ou de bénéficier d’aide à domicile.
Les écoles sont ouvertes mais avec une jauge limitée, le télétravail doit être privilégié et les rassemblements de plus de dix personnes sont interdits, à l’exception des mariages et enterrements et les piscines, bibliothèques et marchés sont fermés.

Alerte 4, le confinement

Enfin lorsque l’épidémie est jugée hors de contrôle c’est l’alerte 4 et donc le confinement de la population. Il faut alors rester chez soi, les voyages sont très strictement limités, les écoles fermées. Et seuls les commerces essentiels sont autorisés à rester ouverts.

Le détail des alertes est à retrouver sur le site du gouvernement néo-zélandais.