Conséquences de la crise sanitaire chez les commerçants et coiffeurs

commerce
Conséquences de la crise sanitaire chez les commerçants et coiffeurs
©Laura Schintu et G.Roussel
Boutiques de prêt-à-porter, coiffeurs, salons d’esthétique, accueillent désormais leur clientèle avec des restrictions et sont obligés de s’adapter. Zoom.

Les vêtements laissés en cabine par une cliente ne retourneront pas immédiatement en rayon. Crise sanitaire oblige, dans les magasin, la procédure a changé : chaque article essayé est systématiquement décontaminé à la vapeur. “Tout ce que les clients ont essayé en cabine sont mis de côté pour qu’on puisse les défroisser à 90°c", précise Isabelle Cormier, vendeuse. 

Vêtements en quarantaine, cintres désinfectés, cabines d’essayage nettoyées après chaque passage. Le personnel du magasin met tout en œuvre pour rassurer sa clientèle. 

Il y a des choses qui ne sont pas forcément obligatoires que l’on a mis en place justement pour rassurer notre clientèle puis pour les protéger surtout, pour que cela reste un moment agréable. Cela nous demande beaucoup plus de travail et de temps mais c’est normal.

Guylaine Baeza, responsable du magasin

Des mesures appliquées dans les salons de coiffures 

Dans ce salon de coiffure, pris d’assaut depuis la réouverture, le gérant et ses employés se plient aux mesures imposées. Désinfection des fauteuils et nettoyage du matériel entre chaque prestation, mais surtout, réduction du nombre de clients. 

Dans une pièce on peut recevoir jusqu'à 5 personnes, dans d’autres pièces on peut recevoir deux personnes, on est également obligés de laisser les portes ouvertes pour ne pas que les gens touchent les poignées, il y a tout un protocole qui est mis en place ainsi que les aérations vis à vis du salon (...) on laisse circuler l’air pour éviter que le virus ne s’installe dans le salon.

Mickaël Brunelet, gérant du salon de coiffure

Ces mesures sanitaires, Mickaël Brunelet les applique avec la plus grande rigueur : “Nous avons beaucoup de clients malades, en rémission de cancer, d’autres greffés ou handicapés qui sont des personnes à risques donc on se doit de faire attention pour eux.”

À noter que pour passer la porte d’un salon de coiffure, les clients doivent impérativement se munir d’un pass sanitaire

Reportage de Laura Schintu et G. Roussel :

©nouvellecaledonie