Pass sanitaire : 4 questions sur ce dispositif

coronavirus
Pass sanitaire : 4 questions sur ce dispositif
©Unsplash
Alors que le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie réfléchit sérieusement à mettre en place le pass sanitaire sur le territoire, on fait le point sur ce nouveau dispositif déjà utilisé dans plusieurs pays du monde.

Depuis juillet dernier, la Métropole a retrouvé un semblant de vie normale avec l’accélération de la vaccination et la mise en place du pass sanitaire. L’activité économique repart tout en limitant la propagation du virus sur l’Hexagone. Mais comment fonctionne concrètement ce pass sanitaire ? Explications. 

1. Qu’est-ce que le pass sanitaire ?

 

Pour faire simple, le pass sanitaire est un pass numérique ou papier qui permet de se rendre dans des lieux qui accueillent du public. Grâce à l’entrée en vigueur de ce dispositif unique, déployé en période de pandémie, l’activité économique a repris, notamment en Chine, en France, en Israël, aux Etats-Unis ainsi que dans plusieurs pays d’Europe. 

2. Comment marche le pass sanitaire ? 

En France, le pass sanitaire numérique est délivré grâce à l’application TousAntiCovid qu’il faut télécharger. Il est doté d’un système de QR Code. En scannant ce QR Code les lieux publics/entreprises peuvent avoir accès à votre bilan de santé. À savoir si vous possédez un schéma vaccinal complet, si vous avez été touché par le virus et si vous avez réalisé un test autigénique, PCR ou un autotest dans les 72 dernières heures. Si vous remplissez l'un de ces critères, il sera alors possible de rentrer dans ces lieux publics. 

3. Où le pass sanitaire est-il obligatoire ?
 

Vous l’aurez compris, le pass sanitaire est obligatoire pour accéder à certains lieux publics, comme les restaurants, les bars, les cinémas, les salles de sport et tous les lieux de plus de 50 personnes et centres commerciaux de plus de 20 000 mètres carrés. 

En métropole, depuis le 30 août, les salariés des secteurs concernés (restauration, hôtellerie, transports publics, théâtres, bibliothèques, etc.) ont l'obligation de disposer d'un pass sanitaire pour travailler. Un salarié sans justificatif est suspendu, sans salaire. L'utilisation d'un pass frauduleux est sanctionné par une amende de 135 euros (soit 16 000F) - six mois d'emprisonnement et 3.750 euros (soit 450 000F) d'amende si cela se produit plus de trois fois en 30 jours, comme le précise le site du gouvernement français. Face à l’amélioration de la situation sanitaire, le 16 septembre dernier, Emmanuel Macron a annoncé être prêt à "lever certaines contraintes dans les territoires où le virus circule moins vite". Toutefois, aucune nouvelle mesure n’a été pour le moment annoncée. À compter de ce mercredi 29 septembre, le pass sanitaire sera aussi obligatoire pour les mineurs âgés de 12 à 17 ans.

4. Le pass sanitaire en Nouvelle-Calédonie : quelle est la situation ? 

Pour l’instant, la Nouvelle-Calédonie ne possède pas de pass sanitaire, qu’il soit numérique ou papier. Toutefois, le gouvernement a annoncé travailler sur ce dispositif afin de permettre à l’activité économique du territoire de repartir. Si le pass sanitaire est adopté en Nouvelle-Calédonie, un arrêté du haut-commissaire et du président du gouvernement sera nécessaire pour entériner son application.

Toutefois, le Caillou devra s’adapter et affiner les modalités d'application. Car si la Calédonie dispose d’une bonne couverture numérique, tout le monde n’est pas forcément équipé d’un smartphone. Une version papier serait donc indispensable. Autre problème : pour l’instant, les certificats de vaccination locaux ne sont pas équipés de QR code. Et en raison des différents régimes de couverture, il est difficile d’avoir des identifications uniformisées. Un dispositif qui impose aussi aux professionnels concernés de s’équiper. Il reste donc encore beaucoup de questions en suspens. Pour le moment, en Nouvelle-Calédonie, les discussions avec les partenaires sociaux se poursuivent. 

Le point sur le pass sanitaire local avec Stéphanie Chenais