Consommation : après un léger recul en mars, les prix ont un peu augmenté en avril

consommation
pénurie essence cote est illustration
©NC la 1ere

Malgré la prolongation des soldes, de trois semaines, la Nouvelle-Calédonie a connu en avril une hausse des prix à la consommation de 0,3% par rapport au mois précédent. C'est notamment l'essence, le gazole ou encore le gaz, qui tirent la tendance vers le haut. Mais aussi les produits manufacturés.

+0,3% entre mars et avril. C’est la hausse révélée par l’indice des prix à la consommation, hors tabac. Selon l'analyse mensuelle de l’Isee, l’Institut de la statistique et des études économiques, "cette variation est avant tout portée par l’augmentation des prix de l’énergie et, dans une moindre mesure, de celle des produits manufacturés. Les prix du tabac et des services sont stables et ceux de l’alimentation baissent de 0,2 %."

Tiré vers le haut par les prix de l'énergie

Plus en détail, c’est donc l’accroissement des prix de l’énergie qui s’accélère (+3,6% en avril, après le +1,7% de mars). L’essence a par exemple grimpé pour le cinquième mois d’affilée (+5,9% de mars à avril, avec un litre à 134,5 francs au lieu de 127). Le gazole poursuit la progression apparue en janvier (+6,5%). Augmentation du gaz, aussi (+15,5% à la vente).

Malgré la prolongation des soldes

Le prix des produits manufacturés est en très légère hausse (+0,1%), malgré la prolongation des soldes "d'été" jusqu’au 18 avril, après le confinement : celle-ci a concerné l’habillement et les chaussures. Mais l’ameublement, la téléphonie ou l’informatique ont retrouvé leurs tarifs d’avant soldes.

Des légumes moins chers

Au rayon alimentation, la baisse de -0,2 % après cinq mois de hausse est surtout liée à un prix des fruits et légumes en forte diminution (-4,1%), en particulier la salade, le chou de Chine, le chou vert et l’oignon. Les produits laitiers et les œufs (-0,4%), ainsi que les produits sucrés (-0,6%), participent à cette tendance.

A l’inverse, le prix des fruits (+3,3%) et des poissons (+1,8%) est tiré vers le haut. Par ailleurs, reprise à la hausse pour les boissons non alcoolisées (+0,4%) et encore une diminution pour l'alcool (-0,2%). 

A noter que sur un an, les prix à la consommation ont augmenté de 0,4%.

L'analyse de l'Isee :